Subscribe

Plastic Bertrand n’a pas chanté “Ca plane pour moi”

Le producteur et compositeur belge du tube de 1977 “Ca plane pour moi” a affirmé lundi qu’il avait été reconnu par la justice qu’il en était aussi en fait l’interprète, Plastic Bertrand n’ayant fait que le “chanter” en play back, a rapporté la chaîne de télévision RTL-TVI.

Se fondant sur un rapport d’experts demandé par un tribunal, Lou Deprijk a assuré que ce document mettait un terme à la bataille judiciaire qui l’opposait à Plastic Bertrand depuis 2006 au sujet d’un titre qui s’est vendu à plus de huit millions d’exemplaires. Les experts ont analysé deux enregistrements de la voix de Lou Deprijk, en 1977 puis en 2006, a indiqué ce dernier dans une interview au quotidien La Dernière Heure, qui a eu la primeur de l’information.

Le rapport, a ajouté M. Deprijk, “révèle qu’avec les terminaisons de phrases relevés sur les bandes, on ne peut attribuer la voix qu’à un ch’ti ou un picard”. C’est-à-dire non pas à Plastic Bertrand, mais à quelqu’un originaire comme M. Deprijk de la région du sud de la Belgique où le dialecte picard est parlé, avec ses intonations particulières, que l’on rencontre aussi de l’autre côté de la frontière, dans le Nord de la France.

Interrogé par RTL-TVI, Plastic Bertrand a d’abord plaisanté sur ce thème, en lançant : “Tout ce que le rapport dit, c’est que c’est quelqu’un qui a l’accent ch’ti ou picard qui l’a chanté. Alors c’est Dany Boon (humoriste français né dans le Nord ndlr)”. Il a ensuite rappelé que “par deux fois le tribunal d’appel de Bruxelles” l’avait reconnu comme l’interprète légal de la chanson et que c'”était un jugement que l’on ne peut pas casser”. Il a déploré cette volonté apparente de son ancien associé de vouloir “plus d’argent”. Ce que M. Deprijk, toujours sur RTL-TVI, a démenti, assurant que tout ce qui l’intéressait c’était que l’on sache que le vrai chanteur c’était lui.

M. Deprijk, dans l’interview à La Dernière Heure, a même affirmé qu’il avait été en réalité l’interprète des quatre premiers albums de Plastic Bertrand, en accord avec la maison de disque Vogue France. “Plastic a fait, à l’époque, des essais de voix, mais ça ne donnait rien… Il a une voix entre Michou et Hervé Vilard”, a-t-il asséné.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related