Subscribe

Portes ouvertes sur la littérature française

La deuxième édition du Festival of New French Writing ouvre ses portes le 24 février prochain, à la prestigieuse New York University. Pendant trois jours le public sera invité à assister à des échanges entre auteurs français et américains. A l’affiche notamment Atiq Rahimi et Russell Banks, Philippe Claudel et A.M. Holmes ou encore Pascal Bruckner et Mark Lilla. Entretien avec l’écrivain et universitaire Tom Bishop, co-organisateur de cet évènement littéraire.

Tom Bishop, professeur de littérature française à la New York University entre 1970 et 2003, spécialiste du Nouveau Roman, de Beckett, Sartre et Camus, se bat depuis longtemps pour entretenir la flamme de la littérature française aux Etats-Unis.  En 2009, il a conçu avec le journaliste Olivier Barrot, et l’aide de Culturefrance et des services culturels de l’ambassade de France, le Festival of New French Writing.  Le principe est simple : rendre possible une rencontre entre auteurs français et américains, pour un débat sans frontières. La premiere édition rencontra un vrai succès. Cette année encore la liste des auteurs français et américains qui ont accepté de jouer le jeu est impressionnante – une quinzaine en tout – , avec entre autres Philippe Claudel, Amin Maalouf ;Russell Banks ou encore Pascal Bruckner.

 

Quel est le concept du festival  ?

Nous cherchons à faire de bonnes associations, à mettre en avant des affinités entre auteurs américains et français, sans qu’ils racontent forcément la même chose. Le festival ayant pour mission première de faire découvrir les auteurs français, il  est un peu plus difficile de faire venir les auteurs américains. De plus, souvent, ceux-ci ne connaissent pas les auteurs français invités car ces derniers sont moins traduits ici que les auteurs américains en France. Les Américains n’ont pas cette passion européenne pour les livres traduits. Aux Etats-Unis, seulement 3% des livres publiés sont des traductions. Mais il faut se rendre compte que plus d’un tiers de ce chiffre est dédié à la littérature française, ce qui représente tout de même une bonne place dans ce « peu de traduction ». D’autre part, les éditeurs américains  ne savent pas lire le français pour la grande majorité. Difficile, dès lors, de découvrir la littérature contemporaine.

Sur quels critères choisissez-vous les auteurs ?

Nous essayons de faire venir des écrivains qui ont une langue personnelle, une parole. Nous tâchons d’être éclectique et nous discutons beaucoup de ce qui pourrait éveiller particulièrement l’intêret du public américain. Nous devons résister à la pression des maisons d’éditions qui veulent que nous les représentions à part égale. Mais certains éditeurs, plus spécialisés dans les traductions étrangères, comme P.O.L,  Actes Sud ou encore L’Olivier,  reviennent car ils sont  dans la démarche de la rencontre.

L’année dernière, vous regrettiez le manque de couverture du festival par la presse américaine. Serez-vous mieux suivi cette année ?

La presse écrite, c’est très difficile.Le New York Times ou le Wall Street Journal ne publient pas d’articles sur la culture écrite. Il y a le  New York Book of Review, qui parle des livres mais pas des festivals littéraires par exemple. Les blogs , eux, sont très actifs. Nous espérons qu’ils suivront de nouveau le festival cette année. D’autant qu’en 2009, plus d’un tiers des visiteurs n’était pas francophone.  Cette année nous espérons encore davantage d’Anglo-Saxons.

La création du premier festival était, d’une certaine manière, une réponse  au critique Donald Morisson et à son article paru dans le magazine  Time : The Death of French Culture. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Je ne crois pas que la culture française soit à une très grande période de son histoire, c’est vrai. Mais il ne faut pas être alarmiste non plus. Ce que dit Donald Morisson n’est pas très intéressant, il juge la culture française en se demandant :   «  Est -ce que la culture française intéresse les Américains ? ».  C’est  une bêtise car ce n’est pas sous ce prisme qu’on juge ou non de sa vitalité.  Je crois qu’il y a de très bons auteurs, peut être pas de « grands » – où ne le sont-ils pas encore… D’autre part, je remarque que depuis le Nouveau Roman, on n’étudie presque plus les auteurs français dans les universités américaines, ou très peu. Déjà à l’époque, ces auteurs étaient surtout lus dans un cercle universitaire.

Y a-t-il selon vous un mouvement littéraire important en France en ce moment ?

L’autofiction est un phénomène important aujourd’hui , mais je dirai que c’est davantage une mode qu’un mouvement à proprement parler. Ce qui ne doit surtout pas empêcher de découvrir les formidables romanciers d’aujourd’hui !

 

Informations pratiques

Le Festival of New French Writing aura lieu au Hemmerdinger Hall, ground floor, Silver Center, 100 Washington Square. East-entrance on Waverly Place. Entrée libre.

http://frenchwritingfestival.com/

Programme

Jeudi 24 février

19h00  : Geneviève Brisac/ Rick Moody (modéré par Chad W. Post)

20h30 : Stéphane Audeguy/  Jane Kramer

Vendredi 25 février

14h30: Pascal Bruckner/Mark Lilla (modéré par Adam Gopnik)

16h00: David B. /Ben Katchor (modéré par Françoise Mouly)

19h30: Atiq Rahimi/Russell Banks (modéré par Lila Azam Zanganeh)

Samedi 26 février

14h30: Laurence Cossé /Arthur Phillips (modéré par Judith G. Miller)

16h00: Philippe Claudel/A.M Homes (modéré par John R. MacArthur)



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Sartre ramené à la vie, 30 ans après sa mortSartre ramené à la vie, 30 ans après sa mort John Gerassi, le seul biographe autorisé de Jean-Paul Sartre, viendra présenter son recueil d’entretiens avec le philosophe à New York et San Francisco à la fin du mois. C’est à une […] Posted in Books
  • L’écrivain Alain Robbe-Grillet est mortL’écrivain Alain Robbe-Grillet est mort Chef de fil du « nouveau roman », l'écrivain est décédé à l'âge de 85 ans des suites d'un accident cardiaque, à Caen. Son succès international, notamment aux Etats-Unis, où il fut […] Posted in Books