Subscribe

Pour les Bleus, c’est le miracle ou le purgatoire

Le miracle ou le néant: voilà résumé France-Afrique du Sud mardi à Bloemfontein, entre des Bleus vice-champions du monde 2006 devenus la risée du Mondial, et des Bafana Bafana qui ne veulent pas être le premier pays hôte éliminé au premier tour.

Au coup d’envoi à 16h00 (14h00 GMT), les deux équipes auront encore toutes leurs chances de qualification. Au coup de sifflet final, si l’autre match du groupe A entre Uruguay et Mexique se termine sur un nul, Français et Sud-Africains seront éliminés, quel que soit le résultat de leur confrontation.

Le sélectionneur brésilien des Bafana, Carlos Alberto Parreira, a dû se pincer pour y croire en regardant à la télévision le “non-entraînement” des Français dimanche.

Les images continuent de faire le tour du monde, de l’altercation entre Patrice Evra et le préparateur physique Robert Duverne, à la démission en direct d’un dirigeant de la FFF “dégoûté”. Sans oublier cette scène surréaliste de Raymond Domenech lisant le communiqué de joueurs qui refusent de s’entraîner par solidarité avec Nicolas Anelka, exclu la veille pour avoir insulté le sélectionneur à la mi-temps de France-Mexique.

Comme en 2002 et 2008?

La pression de tout un peuple et tout un continent qui pesait sur les épaules de Parreira est plus légère une fois les projecteurs braqués sur les Tricolores. Quelle peut bien être l’ambiance désormais entre des joueurs “putschistes”, un encadrement dépassé et une fédération française désavouée et bafouée ?

La France va-t-elle renouer avec les échecs du Mondial-2002 et de l’Euro-2008, ces éliminations au premier tour sans une victoire ?

Robert Duverne a livré une analyse intéressante en racontant sa version des incidents à RTL dimanche soir, soulignant notamment que “l’union” des joueurs, chose rare dans une équipe, avait permis au mouvement de grève d’aller au bout. Les Bleus, incapables de former une équipe sur le terrain jusqu’ici, peuvent-ils trouver dans leur fronde les ressorts d’un collectif ?

Le tout est de savoir si le mouvement des joueurs est vraiment démocratique ou le fait d’une poignée de leaders de vestiaire; les noms de Evra, Gallas ou encore Ribéry venant tout de suite à l’esprit. Reste aussi à savoir si les joueurs resteront soudés quand ils prendront conscience de l’image épouvantable qu’il ont projetée à l’extérieur et de la vague d’indignation soulevée en France, quand le reste du monde se moque.

Comment marquer des buts ?

Certains pourraient aussi prendre conscience que Laurent Blanc, qui doit être le futur sélectionneur, ne sera sans doute pas tendre avec les mutins.

Comment Domenech, incapable d’imposer son autorité, va-t-il pourvoir composer une équipe ? Les joueurs vont-ils en décider eux-mêmes ? Tous les fantasmes sont permis.

Mais il y a le terrain, la seule vérité qui compte. Les faits sont bruts. Les Bleus doivent battre largement l’Afrique du Sud pour espérer: ils n’ont plus marqué depuis un peu plus de 297 minutes, soit un peu plus de trois matches et ce but de William Gallas à la 63e minute du match de préparation contre la Tunisie (1-1) le 30 mai.

Depuis ce match il y a eu une défaite en amical contre la Chine, 84e mondiale (juste derrière l’Afrique du Sud, 83e), 1 à 0 à la Réunion le 4 juin. Puis il y a eu ce 0-0 contre l’Uruguay en Coupe du monde, suivi d’un revers incroyable contre le Mexique (défaite 2-0).

Les Bafana sont également à la peine, après leur nul contre le Mexique (1-1) et leur défaite contre l’Uruguay (3-0). Leur meilleur atout, outre un public aux vuvuzelas déchaînées, est maintenant l’équipe de France, cet ovni du football.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related