Subscribe

Primaires PS : une mobilisation réussie, un impact sur la campagne incertain

Les socialistes ont “réussi leur pari” en parvenant à mobiliser sans doute autour de 2 millions de sympathisants de gauche au 1er tour de la primaire, une première en France, estiment les politologues, toutefois partagés sur la puissance de la dynamique créée par cette affluence.

Dès la clôture des bureaux de vote à 19H00, le premier secrétaire par intérim du PS Harlem Désir a qualifié le scrutin de dimanche, organisé pour départager six candidats, d'”immense succès”, qui montre selon lui que le parti est “prêt pour le grand rendez-vous” de la présidentielle de 2012. Le PS s’était fixé pour objectif, au minimum, de franchir la barre du million d’électeurs. A 17H00, la participation était supérieure à 1,5 million de votants. Quatre heures plus tard, Harlem Désir se disait “certain” que la participation serait supérieure à 2 millions de votants.

Selon Gaël Sliman (BVA), interrogé par l’AFP, “c’est un immense succès pour la primaire et pour les socialistes”. “Pour nous, c’est tout sauf une surprise: nos enquêtes montraient qu’il y aurait une très forte participation. Les électeurs ont fait exploser le million” ciblé par le Parti socialiste. Jean-Daniel Lévy (Harris Interactive) est plus réservé: “C’est un bon score, dans certains bureaux la participation a atteint 10% des électeurs inscrits, alors même que le scrutin intéressait surtout les électeurs socialistes”.

Mais, ajoute-t-il, il faut “relativiser” ce résultat, et voir si le PS n’est pas devenu “un parti qui déplace l’électorat dans les quartiers huppés davantage que dans les quartiers populaires”. Selon des premières données encore fragiles, la mobilisation a été forte en milieu urbain, surtout. En outre, juge le politologue, deux millions de votants n’est pas en soi “un résultat exceptionnel”. Il rappelle par exemple que la “votation” citoyenne organisée par le Comité national contre la privatisation de La Poste avait recueilli 2,3 millions de votants en octobre 2009. Sans parler des manifestations de rue de 2009 et 2010, marquées par une affluence allant jusqu’à trois millions selon les syndicats, alors même que la participation à un cortège suppose “un engagement plus important”, observe-t-il.

Pour Gaël Sliman, l’affluence dans les bureaux de vote va donner un grand élan à celui ou celle qui sortira vainqueur de cette compétition. “Les socialistes se préparent, pour leur candidat, à une forme de décollage en fanfare. A charge pour eux de ne pas gâcher tout cela”, juge-t-il en rappelant l’échec en 2007 de Ségolène Royal, désignée six mois plus tôt haut la main par les adhérents socialistes (60% des voix). Jean-Daniel Lévy, lui, raisonne différemment. “S’il y avait eu moins de un million de votants, il n’y aurait pas eu de dynamique du tout”. En outre, le niveau de la participation au 1er tour demandera à être confirmé au second. Le succès de la primaire et son impact sur la campagne présidentielle, ajoute-t-il, dépendront aussi du climat de l’entre-deux tours entre les deux candidats sortis en tête, François Hollande et Martine Aubry, selon des résultats portant sur la moitié environ des votants.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related