Subscribe

Primaires socialistes : un premier tour timide à New York

Petite affluence en ce samedi au 5e étage du W Hotel de Times Square, à New York, où se déroule jusqu’à 19 heures le premier tour de la primaire socialiste. 23 000 potentiels électeurs du Tri-State, inscrits sur les listes consulaires, étaient attendues pour ces premières élections ouvertes à tous.

La fédération des socialistes de New York avait choisi d’organiser le premier tour des primaires dans le luxueux hôtel W de Times Square pour sa “centralité”. Au cinquième étage, le bureau de la section s’était rassemblé autour de Corinne Narassiguin, la candidate PS annoncée pour l’élection des députés de l’étranger de la circonscription Amérique du Nord, afin d’organiser ce scrutin un peu particulier.

Pour la première fois, tous les personnes, militantes ou non, en âge de voter et inscrites sur les listes électorales du consulat de New York avant le 31 décembre 2010 étaient en droit de choisir le candidat socialiste, sur les six prétendants déclarés, qui se présentera à l’élection présidentielle de 2012.

Jean-Charles Bodin, expatrié depuis 1996 aux Etats-Unis avait choisi de faire le déplacement avec ses deux petits garçons. “Vous auriez dû organiser cela dans une certaine chambre du Sofitel”, plaisantait-il avec quelques membres de la section, avant de passer dans l’isoloir.  “Je ne suis pas membre du parti socialiste”, expliquait-il ensuite. “Mais en venant voter, je veux être sur que le PS aura un candidat compétent. Pas comme en 2007.”

Deux dollars au lieu d’un euro

Après avoir signé la chartre d’adhésion aux valeurs de la gauche, acte préalable obligatoire avant de mettre tout bulletin dans l’urne, il comptait donner l’euro symbolique demandé pour participer, mais les organisateurs n’acceptaient que deux dollars. “On a arrondi pour faciliter le change”, soulignait Corinne Narassiguin. “On espère pouvoir récupérer une partie pour payer les frais supplémentaires de l’organisation de l’élection.”

Circonscription généralement peu favorable à la gauche, la Tri-state area comptait néanmoins 23 000 possibles votants. A 13 heures, une trentaine d’enveloppes étaient dans l’urne. “Si on arrive à en avoir une centaine d’ici 19 heures, ce sera déjà un beau succès. Les Français de l’étranger ne sont pas exposés à autant de publicité qu’en France”, assurait la future candidate à la députation.

Et ce n’est pas le récent passage du Sénat à gauche qui, selon elle, devrait influencer la participation. “L’élection des sénateurs reste assez indirecte. Je ne suis pas sûre qu’il y ait un impact sur les primaires, même si ça change forcément la dynamique et que cela est annonciateur d’une bonne campagne pour 2012.”

Selon les membres de la section, l’affaire DSK n’aura pas non plus entâché la tenue de ces élections aux primaires socialistes. “Les gens ont tourné la page rapidement. A New York, depuis la fin du remou médiatique, c’est terminé”, assurait Julien Ducourneau, le président du bureau de vote des primaires citoyennes de New York.

Quid des conséquences de la nomination d’un nouveau secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger Edouard Courtial, – un proche de l’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux et délégué général aux fédérations UMP -, sur le scrutin ?  “On voit encore plus l’intention de Nicolas Sarkozy de nommer une personne pour servir d’agent électoral auprès des Français de l’étranger. Cependant, il faut rappeler que le dernier intérêt d’Edouard Courtial dans notre direction, c’était celui de retirer notre bi-nationalité si on ne payait pas nos impôts en France. “

Une double campagne

Distribuant des tracts présentant son tout nouveau site Internet et son slogan “Osez. Pour changer.” à la sortie de l’isoloir, ce premier tour des primaires socialistes était aussi l’occasion pour la jeune femme de faire campagne pour le scrutin de juin prochain. Soulignant encore un gros manque d’information sur cette nouvelle élection des députés de l’étranger, elle dit ne pas être destabilisée par l’absence d’adversaire annoncé à droite pour le moment.

“J’avais de toute façon décidé de faire campagne à mon rythme. On est encore beaucoup dans l’information : c’est  un peu tôt pour rentrer dans le débat politique, surtout quand il n’y a personne en face. Aujourd’hui, mon objectif est d’augmenter ma visibilité et d’être sûre que tout le monde est bien inscrit sur les listes électorales des consulats français en Amérique du Nord, avant le 31 décembre 2010.”

Quatre autres bureaux étaient aussi ouverts aux Etats-Unis (Boston, Washington, San Francisco et Los Angeles) de 9 à 19 heures. Suivant le décalage horaire et le calendrier de l’Hexagone, les résultats ne devraient pas être connus avant la fermeture des bureaux de vote en France, soit d’ici demain 19 heures, 13 heures aux Etats-Unis. Si cela s’avère nécessaire, un second tour aura lieu le week-end suivant. Les mêmes bureaux de vote seront ouverts, aux mêmes heures, le samedi 15 octobre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related