Subscribe

Procès 9/11: la sécurité des New-Yorkais en ligne de mire

La Maison Blanche a indiqué vendredi se réserver la possibilité d’organiser un procès du 11-Septembre ailleurs qu’à New York, semblant prendre acte de l’opposition d’élus locaux et nationaux à la tenue d’un événement de telle portée tout près du site des Tours jumelles.

“Des discussions ont lieu au sein de l’administration pour évaluer les options possibles si un procès à Manhattan devait être interdit par le Congrès ou au niveau local”, a affirmé un responsable de l’administration du président Barack Obama, sous couvert de l’anonymat.

Dès jeudi, la Maison Blanche avait laissé la porte ouverte à la tenue d’un procès ailleurs qu’à New York. En marge de la visite de M. Obama en Floride, un porte-parole de la Maison Blanche, Bill Burton, avait expliqué que le président “était d’accord avec le ministre de la Justice sur le fait que les accusés pouvaient être jugés correctement et sûrement aux Etats-Unis, comme d’autres l’ont été”.

Il n’avait toutefois pas mentionné New York, et avait renvoyé au ministère de la Justice “pour les questions spécifiques sur le procès, les procureurs et le lieu”. L’administration Obama a annoncé le 13 novembre son intention de traduire les cinq détenus de Guantanamo accusés d’avoir organisé les attentats du 11 septembre 2001 qui ont fait près de 3.000 morts devant un tribunal de droit commun à New York plutôt que devant un tribunal militaire d’exception.

 

Les élus tempêtent, la Maison Blanche hésite

 

Mais plusieurs élus de la ville, au premier rang desquels le maire, Michael Bloomberg, ont exprimé leurs craintes ces derniers jours de voir un procès d’une telle importance organisé à quelques pâtés de maison de Ground Zero, notamment en termes de sécurité.

M. Bloomberg a rappelé mercredi que le procès devait se tenir dans le sud de l’île de Manhattan, poumon financier et commerçant de la ville, bouleversant “la circulation, les commerces et la vie quotidienne” des riverains.

“Pouvons-nous garantir la sécurité des new-yorkais ? Oui. Pourrait-on garantir la sécurité si le procès avait lieu autre part ? Oui, et je pense que l’organiser sur une base militaire est probablement une bonne idée”, a affirmé l’édile, qui était à l’origine d’accord pour que sa ville accueille ce procès.

Jeudi, huit élus new-yorkais dont deux représentants ont écrit au ministre de la Justice Eric Holder pour demander “une évaluation complète et minutieuse” des conditions de sécurité dans chaque site possible pour le procès au sud de Manhattan, ainsi qu’une évaluation des frais financiers qu’il engagera.

Six sénateurs républicains et démocrates, dont l’ancien candidat à la présidentielle John McCain, ont en outre demandé mardi à M. Holder de revenir sur la décision de juger ces cinq accusés – parmi lesquels le cerveau autoproclamé des attentats, Khaled Cheikh Mohammed – devant un tribunal fédéral, et à plus forte raison à New York.

“En faisant venir Khaled Cheikh Mohammed et d’autres terroristes responsables du 11-Septembre dans le tribunal fédéral du sud de Manhattan, vous leur fournirez l’une des plate-formes les plus visibles dans le monde afin d’exalter leurs actes passés et rassembler d’autres extrémistes pour davantage de terrorisme”, ont écrit ces parlementaires.

Après avoir abandonné la perspective de fermer la prison de Guantanamo en temps et en heure, l’administration Obama fait face à l’opposition croissante des républicains du Congrès et de certains démocrates quant à la venue de détenus sur le sol américain, même pour y être jugés.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related