Subscribe

Proche-Orient : “espoir” américain de sauver le dialogue

Des colons israéliens ont symboliquement repris dimanche la construction en Cisjordanie pour marquer l’expiration du moratoire, tandis que les Etats-Unis accentuaient leur pression avec “l’espoir” de sauver les pourparlers de paix.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a, quant à lui, jugé que les négociations étaient une “perte de temps” si la colonisation continuait. Il a en outre annoncé que la Ligue arabe tiendrait le 4 octobre à sa demande une réunion sur la poursuite des négociations. L’administration américaine poursuivait jusqu’à la dernière minute ses efforts pour conjurer l’effondrement prématuré des discussions, moins d’un mois après leur ouverture à Washington. 
“Nous allons continuer d’exhorter, exhorter, et faire pression toute la journée pour obtenir une résolution” sur la colonisation, a déclaré David Axelrod, principal conseiller du président américain Barack Obama, qui a solennellement appelé à la poursuite du moratoire ainsi que des pourparlers.

Le conseiller a indiqué que la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton maintenait le dialogue entre les deux camps en “espérant qu’ils continuent à négocier”. Israël, qui s’est dit disposé à un “compromis agréé par toutes les parties”, a signifié que le gel des nouvelles constructions dans les colonies, décrété il y a dix mois, ne serait pas reconduit tel quel.
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a toutefois appelé les colons à “faire preuve de retenue et de responsabilité”.

Sans attendre l’expiration officielle du moratoire à minuit (22H00 GMT), les militants de la colonisation l’ont néanmoins célébrée au cours de deux cérémonies. “La mission du sionisme est de construire sur la terre d’Israël et nous allons reprendre cette mission dès ce soir”, a affirmé Danny Dayan, le dirigeant de Yesha, la principale organisation des colons de Cisjordanie, pendant une manifestation dans l’implantations de Revava (nord de la Cisjordanie). “Le gel est fini”, a déclaré Danny Danon, membre de l’aile ultra du parti Likoud de M. Netanyahu, après que la foule rassemblant quelque 2.000 personnes, dont des députés de diverses formations de droite ou religieuses, eut lancé un compte à rebours au coucher du soleil. “Nous revenons à la normale et à la construction mais nous respecterons la demande du Premier ministre”, a indiqué David Haivri, président du conseil régional de Samarie (nord de la Cisjordanie).
Le bureau de M. Netanyahu a donné son accord au redémarrage de la construction à condition qu’elle ne soit pas trop visible, ont affirmé à l’AFP sous le couvert de l’anonymat des sources parmi les colons. Auparavant, quelques dizaines de colons et militants d’extrême droite venus avec un bulldozer avaient symboliquement jeté les fondations d’une crèche dans l’implantation voisine de Kiryat Netafim. Selon la radio publique, les mises en chantier de plus de 1.500 logements, ayant obtenu tous les permis nécessaires des autorités israéliennes, peuvent commencer “immédiatement”.

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak, qui représente les travaillistes (centre-gauche) au sein du gouvernement, a affirmé qu’Israël ne pouvait se permettre de ¨faire dérailler un processus (de paix) qui a un impact sur la vie de millions de gens et la stabilité de toute la région”. Le Hamas, qui contrôle Gaza, a lui estimé que, “face à l’arrogance des sionistes”, Mahmoud Abbas devait “immédiatement se retirer de ces négociations et annoncer leur fin”.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related