Subscribe

Quand les Américains s’assoient sur le savoir-faire français

Il y a plusieurs années, une petite chaise fabriquée en France est partie à la conquête des Etats-Unis. L’entreprise Fermob équipe aujourd’hui de nombreux lieux célèbres, notamment à New York comme Bryant Park, Times Square ou dernièrement le New Meadowlands Stadium.

Times Square, la High Line de Manhattan, Bryant Park à New York, ou encore l’université d’Harvard dans le Massachusetts… Voilà quelques endroits où l’on peut s’assoir sur le dernier objet design français à la mode.  Une chaise, directement importée des ateliers Fermob situés dans le département de l’Ain. Un objet coloré qui a investi quelques-uns des lieux les plus branchés des Etats-Unis depuis deux ans.

L’histoire entre la société rhônalpine et le pays de l’Oncle Sam remonte aux années 1990, au moment où l’entreprise est rachetée par Bernard Reybier. “Je voulais mettre en œuvre deux concepts: l’innovation et la créativité”, explique le PDG. Après des participations à plusieurs salons internationaux, des sociétés américaines de ventes à distance, telles que William Sonoma ou Smith & Hawcken, sont séduites par les produits Fermob. Leur cible : une clientèle haut de gamme, amatrice de déco tendance et principalement basée en Californie où les jardins rivalisent d’imagination.

“Avec un premier pied dans le marché américain, notre business s’est ensuite rapidement développé”, ajoute le patron de la petite PME française. Un développement tel qu’ en 1993, sur la côte Est cette fois,  les responsables de la fondation de Bryant Park à New York décident de tenter l’aventure.  Après des années de rénovation, ces derniers cherchaient à renouveler l’âme de ce lieu en le transformant en un vrai espace de repos pour les citadins pressés. Aujourd’hui, le parc, situé à côté de la grande bibliothèque publique à l’angle de Madison Avenue et de 42th Rue, “est marié à l’image des chaises Bistrot de Fermob”, lance le Strasbourgeois Jérôme Barth, vice-président du comité économique de la fondation Bryant Park. L’institution s’est d’ailleurs dotée d’une chaise vert cèdre  en guise de logo. ” Avec le fabricant, on se comprend tout à fait dans notre conception de ce qu’il faut faire à l’extérieur.”

Tous les ans, un conteneur rempli de mobiliers traverse ainsi l’Atlantique pour meubler  le parc. 4000 sièges, adaptés aux enfants, aux promeneurs ou aux joueurs d’échec, trônent donc dans les allées du plus français des parcs new-yorkais. ” Les gens s’en servent été comme hiver”, souligne Jérôme Barth qui y voit également un avantage financier. “Une chaise nous coûte au final 50 dollars l’unité, ce n’est pas cher par apport à l’investissement, et surtout c’est moins coûteux que l’entretien de 4000 places sur des bancs, qui seraient horribles visuellement.”

L’autre intérêt, c’est la multitude de possibilités permises grâce à la mobilité des chaises. “On peut les déployer pour choisir la distance avec son interlocuteur, se mettre à l’ombre quand il fait chaud, ou au soleil quand il fait froid, etc. La chaise offre un possibilité de personnalisation du temps passé dans le parc qu’il est impossible d’avoir autrement sauf en s’asseyant par terre! “

Pour s’adapter à l’ère du multimédia, une nouvelle version du modèle authentique Bistrot, à savoir pliable avec des lattes en bois, a été  spécialement étudiée en 2003 pour Bryant Park, un des premiers lieux à ciel ouvert de la Grosse Pomme équipé en wifi. Les designers ont dessiné une tablette rabattable pour poser son ordinateur portable et un espace en creux pour la boisson. Un service de réparation a aussi  mis en place pour augmenter la durée de vie des chaises de 4 à 5 ans.

Sur  les conseils de la fondation de Bryant Park,  la ville de New York a également retenu Fermob pour meubler ses nouveaux espaces publics piétons. Ainsi, dans Chelsea, des chaises  “Plein Air” sont installées, entre la 9e Avenue et la 14e rue. ”  Nous avons choisi  ce modèle avec de la toile tendue, matériau plus confortable mais aussi plus cher, car il correspond à l’esprit de ce quartier très design”, ajoute Jérôme Barth. Au sein du Maria Hernandez Park à Brooklyn, l’entreprise française a également fait une donation de 30 chaises et tables, couleur vert anis et carotte, dont la forme est à l’image de celles du jardin du jardin du Luxembourg à Paris. Enfin, avant le début de la saison de football américain, les responsables du nouveau stade des Giants et des Jets, le New Meadowlands Stadium dans le New Jersey ont également commandé à Fermob des chaises dans les tons de vert pour recevoir les spectateurs.

” A New York, nos produits sont à chaque fois une invitation à la rencontre: ils interpellent par leur coloris et invitent à ralentir alors que la ville vit à un rythme effréné. Ce sont de vrais médias sociaux”, assure Bernard Reybier. “Ce que les Américains adorent aussi, c’est l’exotisme français. A Harvard, ils ont par exemple acheté une petit bout du siècle des Lumières avec les fauteuils de la collection “Luxembourg”.”
Aujourd’hui la fondation de Bryant Park aimerait que Fermob deviennent le distributeur en Europe d’un modèle de poubelle créée par l’équipe de dessinateurs industriels de l’espace vert new-yorkais. Peut-être une nouvelle façon renforcer leur collaboration transatlantique dans les années à venir.

Plus d’information:

http://www.bryantpark.org/

http://www.fermob.com/

  • Cela fait 6 ans que nous venons au moins 15 jours A New York et nous logeons au Bryant Park Hotel dans une chambre avec vue sur le parc….un lieu magique, convivial, où on se sent bien, à l’aise, presque comme dans son jardin, à la fois très vivant mais à l’opposé de la folie touristique bétonnée de Time Square. Quel bonheur ee se lever, d’ouvrir les rideaux et de voir les gens faire du yoga, danser…..de rentrer le soir apres une bonne soirée dans un club de jazz et de flâner sur la pelouse au milieu des familles, des multiples nationalités….et d’admirer le respect de l’endroit par tout le monde: pas un papier par terre, une bouteille en plastique. Tout est nickel, comme dans les parcs japonais. Introuvable en France ou le manque de civisme est décourageant.

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Related

    • L’artisanat français tient salon à New YorkL’artisanat français tient salon à New York Coutellerie, cosmétique, parfumerie :  Vingt exposants soutenus par les Ateliers d'Art de France exposent leur savoir-faire au Javits Convention Center de New York jusqu'au 3 février. La […] Posted in Business
    • La lingerie à l’honneurLa lingerie à l’honneur À l’occasion de la "market week", une semaine consacrée aux salons professionnels dédiés à la mode à New York, la lingerie et le maillot de […] Posted in Business