Subscribe

Que prépare le gouvernement pour la rentrée ?

“Nous sommes dans l’action”: Jean-Marc Ayrault a sonné mercredi la rentrée du gouvernement, annonçant une baisse des taxes sur les carburants pour lutter contre l’essence chère et un relèvement du plafond du Livret A, le placement préféré des Français.

Des plus discrets pendant la trêve estivale, le chef du gouvernement, hâlé, combatif, parfois mordant, a été interrogé pendant près d’une demi-heure sur BFMTV-RMC, avant le premier Conseil des ministres d’après-vacances où il a détaillé le calendrier des réformes des prochaines semaines. Vantant ensuite sur le perron de l’Elysée la capacité du gouvernement à “agir sur toutes les situations d’urgence”, il a annoncé que le Parlement rependrait ses travaux “plus tôt que prévu”, vraisemblablement dès le 24 septembre, pour une session extraordinaire consacrée à deux projets de loi, sur la création des contrats d’avenir et celle de logements sociaux. Il devait ensuite présider dans l’après-midi une importante réunion sur les Roms.

Alors que l’exécutif a été pilonné par la droite et par Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) qui l’accusent d’inaction face aux urgences – principalement sur la Syrie pour la première, sur le social pour le second -, M. Ayrault a fait front. Au plan intérieur, le Premier ministre a annoncé une diminution, “modeste” et “provisoire”, des taxes sur les carburants, pour faire baisser les prix à la pompe “en attendant de mettre en place un mécanisme” de régulation. Ce geste, a-t-il dit, permettra au gouvernement “de demander aux producteurs et aux distributeurs leur propre part d’effort”.

Le blocage des prix promis par François Hollande avant son élection ? “Si vous gelez les prix pendant trois mois et que vous les laissez repartir après, vous n’avez rien résolu”, a observé M. Ayrault.

Mélenchon ? “même pas élu” député

En revanche, il a annoncé un doublement du plafond du Livret de développement durable (LDD) actuellement fixé à 6.000 euros, pour financer les PME, et un relèvement immédiat de 25% du plafond du Livret A (15.300 euros aujourd’hui). Ce relèvement sera effectif mi-septembre, a ensuite précisé le ministre de l’Economie Pierre Moscovici, et une deuxième hausse de 25% est attendue d’ici à la fin de l’année. Le travail “s’inscrit dans la durée”, “le mandat du président de la République c’est cinq ans, c’est pas cent jours”, a martelé Jean-Marc Ayrault.

Une manière de répondre notamment à Jean-Luc Mélenchon qui avait qyalifié dimanche de “creux” le bilan du début du mandat hollandais. Le leader du Front de gauche “devrait avoir un peu plus de lucidité”, a suggéré M. Ayrault, se plaisant à rappeler qu’il “n’a même pas été élu député”. Autre voix critique, sans surprise, celle de Jean-François Copé. Le numéro un de l’UMP a dénoncé les “mesurettes inefficaces” annoncées par le Premier ministre.

De son côté, l’ancien ministre UMP du Logement Benoist Apparu a qualifié de “quasi inexistant” le lien établi entre le relèvement du plafond du Livret A et la construction de logements sociaux. Pour lui, “toucher aux taux d’intérêt aurait une utilité, augmenter les ressources disponibles du Livret, déjà sous-utilisées, est un non-sens”.

Dîner à Matignon

Sur la Syrie, Jean-Marc Ayrault a estimé qu’il “faut arriver” à un départ de Bachar al-Assad du pouvoir, rappelant que la France avait envoyé des moyens “non létaux” de protection et de communication à l’opposition syrienne. S’agissant du traité budgétaire européen, il a annoncé qu’il serait examiné le 19 septembre en Conseil des ministres et appelé à la discipline ceux de ses amis qui veulent voter contre le texte: “Je crois que ce n’est pas possible”, a-t-il lancé à leur intention.

A la sortie du Conseil, Alain Vidalies, ministre des relations avec le Parlement, a précisé que ce texte serait débattu “dans la session ordinaire, soit immédiatement le 1er et le 2 (octobre) ou le 8 et le 9”. Après ce Conseil de rentrée, où a aussi été présenté le décret sur la réduction de 30% des rémunérations des membres de l’exécutif, la réunion interministérielle consacrée aux Roms à Matignon vise à rééquilibrer l’image du gouvernement sur cette question sensible, après des démantèlements de camps qui ont choqué à gauche. Le soir, la quasi-totalité du gouvernement se rendra à Matignon sous l’oeil des caméras pour un dîner de travail consacré à la feuille de route des prochains mois.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related