Subscribe

Quel type de vin californien êtes-vous ?

Quel type de vin êtes-vous ?

Alors, ce soir, ce sera Bordeaux ou Napa ? Vous hésitez encore ? Voici quelques repères pour choisir un vin californien.


Suivez Les conseils d’Hervé Lalau, journaliste viticole français, établi en Belgique. Chevalier du Mérite agricole et Prud’homme de Saint-Emilion, il est aussi administrateur de l’Association de la Presse du Vin et Committee Member, Circle of Wine Writers.




A Vous cherchez un vin plaisir

B Vous cherchez un vin de terroir

C Vous cherchez un vin de vigneron

D Vous cherchez une étiquette que vous serez fier de mettre sur votre table pour impressionner vos amis par votre connaissance du vin en général et de la Californie en particulier

Vous êtes dans la catégorie A ?

Je préconise plutôt le chardonnay Jackson Hills de Kendall Jackson (Sonoma) ou le Zinfandel Old Vine de Dry Creek. Au passage, n’oubliez pas que le zinfandel est le cousin du primitivo des Pouilles, sinon son frère jumeau. Cela lancera la conversation, et pour peu que vos convives aient un peu de sang italien…

Vous êtes dans la catégorie B ou C ?

Choisissez le Carneros de Buena Vista (pinot noir ou chardonnay). Pourquoi ? Parce que Carneros, zone fraîche exposée aux vents du Pacifique, où les raisins mûrissent lentement, est un vrai terroir, au sens de confluence entre sols, microclimat et usages viticoles. Ses vins sont élégants, pleins de vivacité. Ils ont aussi un très beau potentiel de garde. Le chardonnay est un superbe pied de nez à la mode de l’ABC (Anything But Chardonnay), qui comme toutes les modes, a sa part d’exagération parce qu’elle exclut sans discernement. Buena Vista sont parmi les vrais pionniers de la Californie viticole, ils en ont connu toutes les époques, tous les travers, toutes les modes du vin, de la surproduction à la prohibition, en passant par le bodybuilding, mais ils ont maintenu le cap.

Vous êtes dans la catégorie D ?

J’ai le regret de vous dire que rien, en Californie, n’atteint encore le statut d’un Latour, d’un Yquem, d’un Haut-Brion ou d’un Romanée-Conti. Mais puisque vous souhaitez boire non seulement iconic, mais également californien, alors choisissez Montelena – d’abord, c’est très bon, et en plus, si vous expliquez que ce vin a régulièrement battu les meilleurs chardonnays de Bourgogne dans les compétitions internationales, « ça devrait le faire ». En rouge, je vous recommande l’Opus One – le 1984 est à boire. Comme il s’agit d’un joint venture entre Rothschild et Mondavi, en mettre sur votre table serait une belle occasion de célébrer la vieille alliance franco-américaine. Évoquez ensuite les mânes de Benjamin Franklin et du marquis de La Fayette, vous aurez là de quoi mettre vos invités dans une bonne ambiance. Le Montelena Cabernet-Sauvignon n’est pas non plus à dédaigner.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related