Subscribe

Qui pour contrer Nadal ?

Alors que Roland Garros débute dimanche, la question ne se pose guère : qui pourrait empêcher Rafael Nadal de s’imposer sur la terre battue parisienne ?

« Je ne me suis jamais senti aussi bien ». L’affirmation a le mérite d’être claire et elle est lancée par un Rafael Nadal au sommet de son art après son sacre chez lui à Madrid en finale du Master 1000 contre son ennemi préféré, Roger Federer. Le printemps 2010 de Rafael Nadal est en tout point hégémonique. Après le titre de Monte-Carlo, celui de Rome, Rafa vient donc de conquérir un nouveau trophée. La révolution Nadal est en marche et derrière lui, la contestation peine à s’organiser.

L’armada espagnole

C’est bien connu, les Espagnols sont les rois de la terre battue et s’il fallait encore le prouver, les résultats de ces dernière semaines apportent une preuve irréfutable. Derrière le roi Nadal, les princes ibériques s’activent. Fernando Verdasco, récent vainqueur du tournoi de Barcelone fait figure d’outsider n°1. David Ferrer, finaliste à Rome et Barcelone devrait être au rendez-vous à Paris et jouer un rôle important. La suite n’est pas mal non plus avec Nicolas Almagro, Juan-Carlos Ferrero et Tomy Robredo, tous spécialistes de la terre battue. Les Espagnols ont beaucoup d’arguments à faire valoir et en Espagne, on se prend déjà à rêver de finale 100 % ibérique. L’histoire ne leur donnera peut-être pas tort.

L’énigme Federer

Où en est-il vraiment ? Le Suisse est peut-être le seul à pouvoir répondre à cette question. Sa défaite en finale à Madrid contre Nadal ne lui aura pas permis d’effacer ses mauvais résultats sur terre battue cette année : une élimination au premier tour du tournoi de Rome et une défaite en demi-finale du tournoi d’Estoril. Seulement, le Suisse n’est pas le plus grand joueur de tennis de tous les temps par hasard. Un chiffre le prouve: Roger Federer vient de disputer 10 finales de Grand Chelem d’affilée (record absolu) et a joué 23 demi-finales d’affilée en Grand chelem (record absolu). Une élimination précoce du maître serait un véritable tremblement de terre pour le tennis.

Les outsiders

Derrière l’impressionnante équipe espagnole à faire pâlir plus d’un capitaine de Coupe Davis, d’autres joueurs venus d’autres pays peuvent prétendre à un beau parcours porte d’Auteuil. C’est le cas notamment du serbe Novak Djokovic, moins performant que l’an passé mais terriblement efficace dans les grands rendez-vous. Andy Murray pourrait aussi refaire parler de lui en dépit de résultats médiocres sur terre battue. Grand spécialiste de terre battue et incroyable bagarreur, le Chilien Fernando Gonzales pourrait bien tirer son épingle du jeu. Son jeu surpuissant lui permet de tenir tête aux meilleurs. Enfin, le jeune Letton Ernest Gulbis pourrait créer la sensation, il a été très en vue ces dernières semaines après avoir battu Federer et fait vaciller le roi Nadal à Rome.

Une Révolution française ?

Elle pourrait venir de Jo-Wilfried Tsonga, numéro un français et à la tête d’un navire français décimé par les convalescents. Le Manceau reste sur deux, trois bons matchs de préparation sur terre battue et un abandon au tournoi de Madrid pour laisser au repos son dos. Il fait partie de ces joueurs qui peuvent se transcender sur un match grâce au public. Jouer à domicile constitue donc un avantage indéniable pour lui. C’est aussi le cas pour Gaël Monfils, moins en vue ces derniers temps à cause de problèmes physiques récurrents. Mais si ceux-ci le laissent tranquille, il pourrait prétendre à un beau parcours à Roland Garros comme c’était le cas en 2008 lorsqu’il avait atteint les demi-finales, face à Federer. Enfin Richard Gasquet, récent vainqueur du tournoi Challenger de Bordeaux face à Llodra, a engrangé un peu de confiance avant Paris. De bon augure pour la suite ? Les Français arrivent donc sans grande prestation avant ce tournoi mais aussi sans pression particulière, ce qui pourrait leur donner des ailes pour la quinzaine.

Et chez les filles ?

Si l’édition masculine de Roland Garros semble promise à Rafael Nadal, le tableau féminin est quant à lui bien plus ouvert. Il faudra surtout surveiller les sœurs Williams et le retour de Justine Hénin à Paris. Mais la sensation pourrait aussi venir d’Aravane Rezaï, récente vainqueur de Madrid et qui a éliminé durant la semaine pas moins de trois anciennes numéros une mondiale. La Stéphanoise s’est elle-même définie comme « une cible à avoir » pour ce Roland Garros 2010.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Rafael Nadal : « Il faudra que je me méfie »Rafael Nadal : « Il faudra que je me méfie » Le tournoi de Roland-Garros a débuté aujourd'hui à Paris. Favori de cette édition, Rafael Nadal, numéro deux mondial et grand spécialiste de la terre battue, fait profil bas. Vous […] Posted in Opinion
  • Roland-Garros: baromètre des favorisRoland-Garros: baromètre des favoris Roland-Garros débute dimanche 24 mai pour s'achever le 7 juin. Rafael Nadal reste le super favori pour un cinquième titre d'affilée à Roland-Garros, ce qui serait une première historique, […] Posted in Opinion