Subscribe

Records historiques du chômage en Espagne et en France

Plus d’un Espagnol sur quatre au chômage, record historique de sans-emploi en France: deux des principales économies de la zone euro voient leurs indicateurs plonger sur fond de cure d’austérité et d’agitation sociale.

Plongée dans une récession qui ne devrait pas connaître de répit en 2013, soumise à une cure d’austérité inédite qui mine le retour à l’emploi, l’Espagne a annoncé jeudi une nouvelle progression du chômage, avec plus de six millions de sans-emploi et un seuil historique de 27,16%, à peine en-dessous de la Grèce (27,2%), le niveau le plus haut dans le monde industrialisé. En France, sans perspectives de croissance et alors que le président socialiste François Hollande est de plus en plus impopulaire, le nombre de demandeurs d’emplois a progressé en mars pour le 23e mois consécutif, atteignant le record de 3,2 millions de demandeurs d’emplois. Ils sont 5,03 millions en comptant ceux ayant eu une activité réduite.

Face à l’urgence de la situation, le chef de l’État français a appelé au “rassemblement du pays” autour de ce dossier “essentiel”, tout en maintenant son “objectif” d’inverser “à la fin de l’année” la courbe du chômage. En visite à Pékin, il a affirmé que son déplacement servait aussi la bataille pour l’emploi en France. “Ce que je veux, c’est que les Français puissent se rassembler sur cette seule cause nationale : la lutte contre le chômage. C’est le seul rassemblement qui convienne”, a-t-il souligné devant la presse.

Le taux de chômage en France atteignait 10,6% fin 2012, un chiffre inférieur au record de 1997 (11,2%), en raison de l’augmentation de la population active entre ces deux dates. Et le Fonds monétaire international (FMI) table sur une poursuite de la flambée, pour atteindre 11,6% en 2014. “Cette situation est le résultat d’une hausse ininterrompue depuis maintenant 5 ans (…). C’est cette tendance, lourde, que notre pays doit renverser”, a souligné le ministère français du Travail. Le président Hollande est également confronté à des sondages désastreux avec seulement 25% de Français satisfaits de son action, un niveau inférieur à celui de son prédécesseur de droite Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était au plus bas pendant son mandat.

“Dramatique”

En Espagne, le chômage a bondi à la fin mars de plus d’un point, après 26,02% au dernier trimestre 2012: ce chiffre dément les propos optimistes tenus mercredi par le Premier ministre Mariano Rajoy, qui avait prédit la hausse “la plus faible de ces dernières années”. Le chiffre est “dramatique”, a d’ailleurs reconnu la secrétaire d’État à l’Emploi, Engracia Hidalgo. Le pays de 47 millions d’habitants compte désormais 6 202 700 chômeurs, soit 237 400 personnes de plus qu’au trimestre précédent.

L’Institut national de la statistique souligne que cette nouvelle flambée du chômage touche “presque toutes les tranches d’âge, particulièrement les 25-29 ans” qui perdent 69 900 emplois, et “presque toutes les régions”, avec un record à 36,87% pour l’Andalousie. La situation est particulièrement grave chez les plus jeunes, avec 57,22% de chômeurs parmi les 16-24 ans, contre 55,13% au trimestre précédent, un phénomène qui pousse de très nombreux jeunes Espagnols, souvent diplômés, à partir pour l’étranger à la recherche d’un emploi.

Dans un contexte de profonde crise sociale, le gouvernement conservateur va annoncer vendredi de nouvelles réformes économiques, qui ne devraient toutefois pas comprendre de mesures d’austérité significatives. Alors que de nombreuses manifestations, le plus souvent pacifiques, ont exprimé depuis plus d’un an le malaise qui a gagné le pays, étranglé par la rigueur, une coordination au discours très radical a appelé à encercler jeudi soir le Congrès des députés à Madrid, sous le mot d’ordre “Assiège le Congrès”.

Des incidents ont éclaté à la fin de cette manifestation, qui a rassemblé environ un millier de personnes, en grande majorité des jeunes. Les policiers anti-émeutes, visés par des jets de projectiles, ont riposté en chargeant à coups de matraques contre les derniers manifestants. Ceux-ci se sont dispersés par petits groupes, continuant à affronter les policiers en jetant des pierres ou des bouteilles dans le centre de la capitale.

Plongée dans la crise depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2008, l’Espagne, dirigée depuis la fin 2011 par un gouvernement de droite, a lancé en 2012 un vaste programme de rigueur visant à récupérer 150 milliards d’euros d’ici à la fin 2014, ce qui a contribué à approfondir le recul de l’activité et à faire exploser le chômage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related