Subscribe

Référendum interne à l’UMP en 2014 et appel à manifester

Jean-François Copé, président de l’UMP, a annoncé dimanche un référendum interne à l’UMP en janvier pour demander aux militants s’ils veulent réformer les statuts et revoter pour leur président après les municipales de 2014.

Dans un discours prononcé à Nancy, le député-maire de Meaux a lancé aux militants: “Je souhaite vous redonner la parole”, “nous allons organiser en janvier un référendum auprès de tous les militants”, sous “le contrôle permanent d’une commission ad hoc”. Ce référendum comportera deux questions, a-t-il dit : “êtes-vous d’accord pour que nous réformions nos statuts ?”, et “Je vous propose de remettre à la disposition des militants mon mandat au lendemain des élections de 2014”, au lieu de 2015, son échéance statutaire.

“Je ne peux me résoudre au déchirement de l’UMP !”, avait auparavant lancé l’ancien ministre. “Il se dit que Nicolas Sarkozy a lancé un ultimatum en exigeant que d’ici mardi la situation soit enfin réglée. Je suis tout à fait d’accord avec lui. Il n’est pas possible de continuer comme cela”. Le référendum qu’il propose portera sur les statuts, qui “ne sont plus adaptés. Ils datent de 2002”. “Je vous propose donc d’installer un comité des statuts qui se chargera de ce travail”. A revoir notamment : le système des parrainages, “beaucoup trop restrictif”.

“La deuxième proposition que je veux soumettre à votre jugement par référendum : je vous propose de remettre à la disposition des militants mon mandat au lendemain des élections de 2014”, ce qui lui permettra de “mettre notre parti en ordre de bataille pour les élections municipales”.

Appel à manifester

Accusant la gauche de remettre “en cause des fondements de la famille, à travers le mariage et l’adoption par les couples homosexuels”, le président de l’UMP a par ailleurs lancé, devant des militants de son parti à Nancy : “Pour faire entendre la voix des Français que François Hollande refuse d’écouter, nous serons le 13 janvier à Paris, pour une manifestation nationale”.

“Le sectarisme et le mépris de la gauche, ça suffit !”, a déclaré le député-maire de Meaux, devant environ 400 personnes.

“Au cours des derniers jours, la gauche a aussi profité de la cacophonie pour continuer son passage en force sur un projet qui divise profondément la société française : la remise en cause des fondements de la famille, à travers le mariage et l’adoption par les couples homosexuels”, a-t-il assuré.

“Les auditions organisées par les députés socialistes sont un simulacre de débat. On interroge uniquement des experts favorables à ce projet. On refuse d’écouter les opposants. Et quand on reçoit les responsables des grandes religions, on leur donne 5 minutes de parole avant de les noyer sous les mises en cause les plus grotesques !”, a accusé l’ex-ministre.

“Je vous annonce que l’UMP va ouvrir elle-même le grand débat national que le gouvernement de gauche refuse de lancer ! Oui, nous allons informer les Français sur la teneur de ce projet et sur ces conséquences”, selon lui.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related