Subscribe

Réforme de la santé: Barack Obama passe à l’offensive

Le président américain Barack Obama devait révéler mercredi sa stratégie pour faire adopter une réforme de l’assurance maladie au Congrès, après avoir essayé d’obtenir de l’opposition républicaine qu’elle débloque ce projet emblématique du début de son mandat.

M. Obama est passé à l’offensive pour tenter de convaincre des républicains, forts d’une minorité de blocage au Sénat, de coopérer sur ce dossier. Il a invité leurs élus à un “sommet” de conciliation la semaine dernière et a proposé mardi d’inclure certaines de leurs idées dans son projet.

Le président devait s’exprimer à partir de 13H45.

Selon un haut responsable de son administration, le président “rappellera pourquoi une réforme est si cruciale et ce qu’elle signifiera pour les familles et les entreprises américaines: davantage de maîtrise de leur assurance maladie, des coûts plus faibles et la fin des abus des compagnies d’assurance” qui dominent le marché en l’absence d’une assurance maladie publique généralisée.

M. Obama “soulignera que sa proposition comprend les meilleures idées des deux partis et il répètera sa préférence pour un projet de loi complet qui réduise les primes et mette fin aux discriminations” contre les personnes souffrant déjà de problèmes de santé, selon la même source.

“Les approches républicaines et démocrates sur la santé ont plus en commun que ce que les gens pensent”, a écrit mardi

M. Obama dans une lettre adressée aux dirigeants démocrates et républicains du Congrès.

Il a proposé d’inclure dans le projet soumis au Congrès quatre mesures souhaitées par les républicains, dont mieux combattre la fraude à l’assurance santé et augmenter les remboursements aux médecins qui travaillent dans le cadre de l’assurance santé publique pour les défavorisés.

Dans sa lettre, le président reconnaît que des “désaccords” avec l’opposition subsistent, notamment sur la “supervision du secteur de l’assurance”.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a “salué” mardi la lettre du président, tout en soulignant que certaines des idées républicaines étaient déjà dans le projet de loi.

En revanche, le chef de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, a violemment critiqué cette initiative, qualifiant le projet de loi actuel d'”irrécupérable”.

Les républicains, malgré les avances ou concessions de M. Obama, persistent en effet à réclamer l’abandon d’un plan qu’ils estiment trop coûteux et de nature à réduire le choix des Américains.

A huit mois d’élections législatives dont ils escomptent des gains, les républicains semblent en outre peu enclins à accorder une victoire à leurs adversaires, surtout sur un sujet aussi symbolique.

Selon le responsable de la Maison Blanche, M. Obama va “presser le Congrès d’aller rapidement de l’avant pour voter sur ces mesures législatives”. Les démocrates semblent désormais prêts à recourir à une tactique législative controversée, dite de “réconciliation”, qui permettrait l’adoption d’une réforme en passant outre le blocage des républicains au Sénat.

La présidence se refuse à communiquer un calendrier d’adoption. Mais selon le site internet du journal Politico, “la présidente (Pelosi) et la Maison Blanche veulent que cela soit fait en deux semaines”, avant le voyage de M. Obama en Indonésie et en Australie prévu dans la deuxième quinzaine de mars.

La réforme promise par M. Obama a connu un coup d’arrêt lorsque les républicains ont remporté une élection sénatoriale partielle le 19 janvier. Ils ont ainsi privé les démocrates de leur “super-majorité” de 60 sièges sur 100.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related