Subscribe

Retour discret de Jonah Lomu sur les terrains de rugby

L’ex-vedette All Black Jonah Lomu a fait dimanche son retour sur les terrains de rugby avec sa nouvelle équipe, Marseille-Vitrolles (Fédérale 1), vainqueur de Montmélian (63-18), sans cependant marquer les esprits tant il a semblé manquer de repères et de tonicité.

“Je me suis senti parfois un peu perdu sur le terrain. C’était un premier match, je n’en attendais pas de miracle. J’espèrais juste faire le métier du mieux possible”, a reconu humblement l’ancien meilleur joueur mondial, tout en saluant “l’accueil formidable, tant de la part du public que de mes coéquipiers”.

Il a fallu attendre la vingtième minute du match, très vite à sens unique (32-9 à la mi-temps), pour voir l’ex-star de la planète ovale, aligné comme deuxième centre par le coach marseillais Alain Hyardet, toucher son premier ballon.

Auparavant, son nom avait été acclamé par les quelque 2500 spectateurs du stade Jules-Ladoumègue, un record d’affluence pour ce club qui vise l’accession en Pro D2 à la fin de la saison.

Une quinzaine de photographes pour autant de caméras étaient venus pour l’événement diffusé en direct sur Eurosport. Un honneur médiatique qui tranchait avec l’accueil sans excès du speaker du stade qui a préféré ne pas insister sur ce come-back.

“Jonah est très tendu, pour lui, aujourd’hui, c’est autre chose qu’un match de rugby, c’est une revanche sur la maladie et sur la vie. Cela dépasse largement le rugby”, expliquait avant la rencontre le président de Marseille-Vitrolles, Claude Atcher qui venait de le voir dans les vestiaires.

Une allusion au combat de l’ex-All Black contre le syndrome néphrétique, la maladie des reins qui l’avait obligé à interrompre brusquement sa carrière.

“Cela fait trois jours qu’il est enfermé dans sa bulle”, soulignait encore Atcher, alors que la femme et le fils du joueur se trouvaient en tribune.

Anonymat

Entré le premier sur le pelouse, Lomu, 34 ans, touchait en tout et pour tout quatre ballons en première période.

Un raffût puissant écartant un joueur de Montmélian sur un ballon de récupération faisait frémir de plaisir un public avide de le voir de nouveau réaliser les courses dévastatrices qui ont construit sa légende.

Dans un stade à une seule tribune, entouré des immeubles de la ville nouvelle de Vitrolles, bien loin des arènes d’Auckland et de Wellington, ses autres actions étaient anecdotiques et, rarement bien placé, il n’était par exemple impliqué sur aucun des nombreux essais de ses coéquipiers.

Il traversait la seconde période dans l’anonymat, semblant parfois perdu par le rythme d’une rencontre pourtant sans danger.

Lomu restait sur la pelouse pendant les 80 minutes du match.

Au milieu des flashes et de ses coéquipiers, il rentrait au vestiaire, après avoir, au micro, remercié en anglais le public qui le saluait par des applaudissements chaleureux.

Le président marseillais, lui, pariait après coup sur des performances plus tranchantes à l’avenir: “il faut qu’on soit indulgent et patient. On va le laisser retrouver le rythme et ses repères dans l’équipe. Je pense que d’ici quelques semaines, on ne verra plus tout à fait le même joueur”.

Au loin, pendant ce temps-là, on apercevait les avions se préparant à atterrir sur l’aéroport de Marignane, l’un des appareils transportant son ancienne équipe des All Blacks qui doit affronter le XV de France samedi à Marseille…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related