Subscribe

Retraites et assurances-vie

En fonction de leur statut – double nationalité, Green Card ou simple visa – de leurs projets à long terme, de leurs revenus, plusieurs options s’offrent aux expatriés.

Les États-Unis et la France sont liés par différentes conventions qui permettent de coordonner les deux systèmes, notamment en matière de retraite. L’accord signé en 1987 permet ainsi de cumuler les années de travail dans les deux pays, et de toucher la retraite américaine sans avoir atteint les 10 ans de cotisation à la Social Security requis habituellement.

Le détachement

Le salarié détaché est maintenu au régime général de la sécurité sociale, y compris à l’assurance vieillesse. Son employeur cotise alors aux différentes caisses françaises pour son salarié, et non à la Social Security américaine. Comme en matière de santé, le statut de détaché ne dure que 5 ans aux États-Unis.

La cfe

La Caisse des Français de l’Étranger vous permet de vous maintenir dans le régime français de répartition, et d’assurer la continuité de vos cotisations sans perdre de trimestre. La CFE se charge en effet de transmettre les cotisations à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), la caisse de retraite de la sécurité sociale, qui met à jour le compte individuel de l’assuré. Les cotisations varient selon l’âge et le revenu : entre 330 et 1330 euros par trimestre. Outre cette retraite de base, le prolongement de la retraite complémentaire française (régimes AGIRC, ARRCO) est à souscrire au- près de la Caisse de retraite des expatriés (CRE-IRCAFEX).

Retraite par capitalisation et 401k

La retraite par capitalisation permet de compléter de manière individuelle et volontaire ses revenus. Un apport d’argent régulier est placé afin de “fructifier” et sera versé au salarié à l’heure de la retraite sous forme de rente (revenu régulier) ou de capital (un seul versement). Certaines entreprises proposent le plan de retraite 401K. Le salarié cotise sur chaque bulletin de paie dans la limite de $10 000 par an. En fonction de son âge et de ses projets à moyen et long termes, l’employé peut choisir un plan “agressif ” qui assurera un taux de rémunération de 20% par an, en se positionnant sur un marché à risque – ou plus “conservateur”, avec un rendement plus faible mais plus sécurisant. Ce système présente deux avantages majeurs : les cotisations versées sont exemptées d’impôts – et peuvent ainsi vous permettre de passer d’une tranche d’imposition à une autre – et l’employeur participe aux contributions. Par exemple, l’entreprise peut choisir de verser 50¢ par dollar investi par l’employé, dans la limite de 4% du salaire brut. Les proportions de ce matching sont généralement définies au moment de l’embauche. Notez qu’au-delà du plafond de $10 000 annuels, le surplus est taxé. Mais cette limite ne concerne que les cotisations versées par le salarié à titre individuel, et non les contributions de l’entreprise, ni celles du conjoint pour un couple marié. Les fonds ne sont accessibles qu’à l’âge de la retraite, mais peuvent être empruntés ou retirés moyennant des pénalités

Les assurances-Vie

Une assurance-vie offre plusieurs avantages utiles à la planification de votre retraite, en particulier la possibilité d’assurer à votre famille un revenu et la sécurité financière en cas de décès de l’assuré. Elle offre également une valeur de rachat garantie (dans le cas des polices d’assurance-vie permanentes) qui augmente régulièrement tout en bénéficiant d’un report d’imposition. Il est aussi possible, le cas échéant, de faire un emprunt (dont le montant dépendra de la valeur de votre assurance-vie) grâce à des prêts spéciaux ; ces derniers sont généralement exonérés d’impôts sur le revenu de l’année en cours. Ce sont vos primes d’assurance qui protégeront votre famille dans l’éventualité d’un décès prématuré qui vous empêcherait de compléter votre programme d’épargne retraite.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *