Subscribe

Retraites : tous les yeux désormais braqués sur le Sénat

Au lendemain d’une nouvelle journée de manifestations contre la réforme des retraites, tous les yeux sont désormais braqués sur le Sénat, qui va entamer mardi après-midi à son tour l’examen de ce projet parmi les plus emblématiques du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Portée par la contestation de la rue, la gauche sénatoriale a annoncé “une mobilisation totale” contre ce texte et les syndicats entendent faire pression sur la Haute Assemblée. La patronne du Parti socialiste (PS), Martine Aubry, viendra mardi matin au Sénat galvaniser ses troupes lors de la réunion du groupe socialiste. Jusqu’à présent le gouvernement est resté ferme. Lors de l’examen de la réforme la semaine dernière en commission des Affaires sociales du Sénat il avait freiné les ardeurs de certains sénateurs de la majorité. “Respect de l’équilibre général et financier de la réforme”, telle est la “ligne rouge” posée par l’exécutif et à l’UMP.
“Le 62-67 ans” et “l’équilibre financier” ne changeront pas et “lorsque nous chercherons des avantages, nous chercherons des contreparties”, a prévenu le patron des sénateurs UMP, Gérard Longuet
Le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, a rappelé aux sénateurs lors de la réunion hebdomadaire du groupe UMP que cette réforme était “la mère des réformes” pour le parti présidentiel.
Ce carcan a provoqué des tensions lors de la longue discussion du texte en commission (plus de 12 heures) entre le rapporteur UMP du projet de loi, Dominique Leclerc, et le ministre Eric Woerth (Travail), constamment présent, avec Georges Tron (Fonction publique). La commission n’a pas modifié les points clefs du texte (recul de l’âge légal à 62 ans, taux sans décote à 67 ans et durée de cotisation portée à 41,5 d’ici à 2020) et le gouvernement a fait plier sa majorité sur la question des femmes. Les amendements prévoyant le maintien du taux plein à 65 ans pour les personnes ayant arrêté de travailler pour élever leurs enfants ou s’occuper de parents handicapés ont ainsi été retirés par le rapporteur.  “Une solution sera trouvée en séance”, a assuré M. Woerth.
Un optimisme partagé par Jean-Pierre Raffarin, pilier de la majorité sénatoriale, qui a dit s’attendre à un débat “ouvert”, y compris avec le gouvernement.
“Nous nous préoccuperons de la prévention et de la réparation de la pénibilité, des seniors au chômage, des handicapés, du statut des conjoints”, a promis l’ancien Premier ministre dans le JDD. “La question des femmes et de l’égalité salariale sera traitée, nous proposerons un mécanisme de sanctions financières pour les entreprises qui dérogeront à leurs obligations”.

Quelques “avancées” ont déjà été acquises en commission. Le porte-parole du gouvernement Luc Chatel les a de nouveau évoquées samedi, citant des amendements qui devraient profiter aux “travailleurs handicapés, chômeurs âgés, victimes de l’amiante”.

Pour l’opposition et les syndicats, il ne s’agit que de changements minimes qui portent sur “des aspects secondaires”. Les sénateurs communistes et du Parti de gauche ont annoncé le dépôt de 400 amendements et le PS 300, sans compter une motion référendaire (visant à demander un référendum sur le texte) et des motions de procédure. “On utilisera tous nos moyens”, prévient-on au groupe socialiste. La configuration politique de la Haute assemblée, où l’UMP n’a pas la majorité absolue sans l’Union Centriste, peut aussi réserver des surprises. Les centristes veulent le maintien du taux plein à 65 ans pour les mères de trois enfants et pourraient trouver une majorité pour cela.

Les sénateurs doivent examiner jusqu’au 15 octobre le texte déjà voté le 15 septembre par les députés.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Le PS donne le coup d’envoi pour 2012 en adoptant son projet de sociétéLe PS donne le coup d’envoi pour 2012 en adoptant son projet de société Le PS a donné mardi le coup d'envoi de sa campagne présidentielle avec l'adoption par son parlement d'un texte sur un nouveau modèle de développement, socle de son projet présidentiel, qui […] Posted in Politic
  • 35 heures35 heures Dix ans après la loi Aubry sur les 35 heures, le gouvernement de Nicolas Sarkozy vient de faire ratifier une loi qui permet aux employeurs d'ignorer la durée du temps de […] Posted in Politic