Subscribe

Réunion Bush-Obama-McCain pour tenter de sauver l’économie américaine

George Bush a invité mercredi soir Barack Obama et John McCain, les deux candidats à sa succession, pour tenter de trouver une solution à la crise financière qui ébranle les Etats-Unis. La rencontre a lieu aujourd’hui à la Maison Blanche.

La crise du système financier la plus grave depuis la Grande Dépression a bouleversé mercredi l’ordonnancement d’une campagne présidentielle unique dans l’histoire américaine, qui pourrait conduire à l’élection du premier président noir de l’histoire des Etats-Unis. Dans une intervention solennelle, retransmise en direct sur les grands réseaux télévisés, le président George W. Bush a indiqué mercredi soir qu’il avait invité jeudi à la Maison Blanche les deux candidats à sa succession.

Cette invitation inouïe est destinée à trouver une solution à la crise du système financier américain. Le gouvernement de M. Bush a proposé un plan de sauvetage sans précédent pour, selon lui, éviter “une récession longue et douloureuse”. Le démocrate Barack Obama et le républicain John McCain ont accepté l’invitation du président. Le sénateur de l’Illinois s’est dit “encouragé” par l’intervention du président.

Juste avant l’intervention de M. Bush, les deux candidats ont publié un communiqué commun -du jamais vu à une quarantaine de jours de l’élection-, affirmant qu’il était temps “d’être ensemble, démocrates et républicains dans un esprit de coopération pour le bien des Américains”. “Le plan qui a été soumis au Congrès par l’administration Bush est imparfait mais les efforts pour protéger l’économie américaine ne doivent pas échouer”, ont affirmé les deux candidats dans leur texte commun.

“Nous vivons un moment où il faut s’élever au-dessus des partis pour le bien du pays. Nous ne pouvons pas risquer une catastrophe économique. Ce n’est pas un problème démocrate ou républicain, c’est un problème américain. Nous devons trouver maintenant une solution américaine”, a dit M. Obama. Le candidat républicain avait annoncé dans l’après-midi qu’il “suspendait” sa campagne à partir de jeudi. M. McCain a également souhaité que le débat télévisé prévu vendredi et qui devait opposer pour la première fois les deux candidats soit reporté à une date ultérieure.

M. Obama a sèchement rejeté cette proposition. “C’est précisément à ce moment-ci, à mon avis, que le peuple américain doit entendre celui qui, dans environ 40 jours, héritera de ce gâchis”, a déclaré Barack Obama au cours d’une conférence de presse improvisée dans un hôtel de Clearwater en Floride. “Les présidents doivent composer avec plus d’un problème à la fois. Il n’est pas nécessaire de penser que nous pouvons faire seulement une chose à la fois et que nous devons reporter tout le reste”, a ajouté le sénateur de l’Illinois.

M. Obama est en Floride depuis mardi pour préparer le débat qui doit se dérouler vendredi dans le Mississippi. Il avait prévu de quitter la région de Tampa vendredi matin. John McCain a expliqué qu’il voulait suspendre sa campagne présidentielle et reporter le débat de vendredi entre les candidats présidentiels pour accorder tout son temps et son énergie à la crise financière actuelle.

La décision de McCain survient après la publication d’une série de sondages le montrant en perte de vitesse sur le plan national et dans certains Etats clés. Elle coïncide également avec les révélations du New York Times sur les paiements effectués jusqu’en août par Freddie Mac, l’organisme de refinancement hypothécaire dont la débandade a contribué à la crise financière, à la société de lobbying de son directeur de campagne, Rick Davis.

Selon une enquête publiée par le Washington Post et la chaîne ABC News, le sénateur de l’Illinois compte neuf points d’avance sur son adversaire. M. Obama est crédité de 52% d’intentions de vote contre 43% pour M. McCain. Un autre sondage diffusé par Fox News donne six points d’avance à M. Obama (45% contre 39%). La chaîne NBC et le Wall Street Journal donnent quant à eux un résultat plus serré avec seulement deux points d’avance à M. Obama (48% contre 46%).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related