Subscribe

Richard Gasquet clame son innocence et porte plainte

Richard Gasquet, contrôlé positif à la cocaïne en marge du tournoi de tennis de Miami en mars, continue à clamer son innocence et dépose plainte contre X, affirme-t-il vendredi dans les médias français.

« Je n’ai jamais pris de cocaïne de ma vie » et « j’ai décidé de porter plainte pour administration de substance nuisible » sont les principaux axes de communication de l’ancien N°1 français, « prêt à aller jusqu’au bout. »

Gasquet, qui aura 23 ans le 18 juin, a été contrôlé positif à la cocaïne, avec un taux de 151 nanogrammes de drogue par millilitre, le 28 mars à Miami, au lendemain d’une sortie en boîte de nuit.

Depuis le début, il nie avec force la prise volontaire, s’appuyant sur les « doses infimes » retrouvées dans son organisme pour plaider la contamination à son insu et appuyer sa plainte auprès du procureur de la République de Paris.

S’il réserve les détails à la police, Gasquet, qui encourt jusqu’à deux ans de suspension, a raconté à plusieurs médias français le déroulement de sa soirée floridienne en marge d’un tournoi où il a déclaré forfait à cause d’une douleur à l’épaule droite.

Affirmant qu’il n’a « jamais pris de cocaïne », il souligne dans le journal L’Équipe qu’une « simple trace (…) qui représente dix fois moins qu’une ligne de cocaïne » a été retrouvée dans ses urines.

« Un mauvais film »

« J’ai essayé de savoir ce qui s’était passé. L’une des personnes présentes ce soir-là m’a appris que de la cocaïne avait circulé à notre table. Je ne vois rien du tout et mon entraîneur non plus. Si nous avions vu quelque chose nous serions partis immédiatement », ajoute l’ancien N°7 mondial qui affirme ne pas « être un fêtard » et s’être contenté de « deux vodka-pomme » dans la soirée.

« C’est sûr que je n’ai pas pris de drogue et qu’on m’en a encore moins proposé », martèle le joueur qui sera auditionné le 29 juin devant le tribunal antidopage de la Fédération internationale de tennis.

« À aucun moment je n’ai dépassé une ligne blanche. Tous les jours ils (les contrôleurs antidopage) savent exactement où je suis, il aurait fallu être sacrément débile pour prendre de la cocaïne », dit Gasquet, parlant de « choc », de « mauvais film » et d’ « épreuve terrible ».

« C’est comme si tu sortais dans la rue et qu’une voiture te percute », compare Gasquet, qui dit avoir beaucoup souffert de la médiatisation de l’affaire mais avoir apprécié le soutien de la Fédération française de tennis et du N°1 mondial Rafael Nadal.

Prêt à se battre « jusqu’au bout pour la vérité » – « je suis allé chercher la police pour ça » – il assure sur Europe 1: « le tennis est loin d’être fini pour moi. Les bons moments vont revenir c’est obligatoire et je les attends avec impatience. C’est une mauvaise histoire et cela ne peut pas mal se finir tellement je n’ai rien fait, dit-il. J’ai hâte de retrouver la compétition, je suis combatif. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related