Subscribe

Robert Gates doute de la probabilité d’un accord nucléaire avec l’Iran

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a déclaré samedi à Ankara “ne pas (avoir) le sentiment” qu’un accord avec l’Iran, sur la question du nucléaire, était proche, après de nouvelles déclarations iraniennes.

“Je n’ai pas pas le sentiment que nous soyons proches d’un accord”, a déclaré Robert Gates à la presse. “La réalité est qu’ils (les Iraniens) n’ont rien fait pour rassurer la communauté internationale”, et “donc je pense que plusieurs pays doivent se poser la question de savoir s’il n’est pas temps de changer d’approche”, a déclaré à la presse le ministre américain, en visite à Ankara.

“Si l’Iran a décidé d’accepter la proposition des 5+1 (les pays en charge du dossier nucléaire iranien), elle doit le dire à l’AIEA” (Agence internationale de l’énergie atomique), a déclaré M. Gates.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a indiqué mardi que son pays était toujours prêt à échanger une partie de son uranium faiblement enrichi (3,5%) contre du combustible hautement enrichi (20%) à l’étranger, destiné à son réacteur de recherche de Téhéran.

Et le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki a estimé vendredi à Munich, où se tient la Conférence sur la sécurité, qu’un accord “final” sur l’échange d’uranium avec l’Iran pour sa recherche était à portée de main.

Les pays occidentaux redoutent que le programme nucléaire iranien ne dissimule des fins militaires, et ils ont réagi avec prudence, voire scepticisme, à l’annonce du président iranien, craignant que Téhéran ne cherche une nouvelle fois à gagner du temps.

“On me dit qu’ils proposent un nouvel accord sur leur réacteur de recherche. Mon opinion est que c’est une discussion que les Iraniens feraient mieux d’avoir avec l’AIEA qu’à la conférence de Munich ou dans des conférences de presse organisées par le président Ahmedinejad, s’ils sont prêts à accepter la proposition faite à l’origine par les 5+1”, a-t-il dit.

“La réalité est que, plus les choses durent et plus ils continuent à enrichir (de l’uranium), plus la valeur de la proposition faite par Téhéran concernant leur (programme de) recherche comme garantie donnée à la communauté internationale diminue”, a ajouté M. Gates.

“Il y a de plus en plus d’uranium faiblement enrichi qui est produit (en Iran). Donc s’ils veulent accepter la proposition des 5+1, cela implique que cela doit se faire aussi vite que possible”, a-t-il dit.

“Il y aura un effort à faire pour discuter avec la Chine”, qui s’est montrée réticente à de nouvelles sanctions contre l’Iran, a encore déclaré le ministre.

“Je ne pense pas que la porte soit fermée” (pour trouver un accord avec Pékin), et cela “seulement parce que je suis un optimiste de nature”, a-t-il ajouté.

Related