Subscribe

Robin des Bois à l’assaut des salles et sur la croisette

Epique, spectaculaire et efficace, le “Robin des Bois” de l’Américain Ridley Scott part à l’assaut de 700 salles mercredi et fournit à l’ouverture du Festival de Cannes sa touche de glamour avec ses deux stars australiennes, Russell Crowe et Cate Blanchett, sur le tapis rouge. La jeune Française Léa Seydoux campe Isabelle d’Angoulême, la maîtresse de Jean sans Terre.

Des dizaines d’archers, arc levé vers le ciel, devraient garnir les marches du palais des festivals où ce long métrage sera projeté hors compétition mercredi soir, donnant le coup d’envoi de cette 63e édition (12-23 mai).
Et pour la première fois, la cérémonie d’ouverture sera diffusée par satellite à partir de 19H00 en prélude au film un peu partout en France, dans les cinémas équipés en numérique qui souhaitent proposer cette soirée spéciale.
Cette super-production du studio américain Universal réunit pour la quatrième fois le réalisateur de “Thelma et Louise”, “La chute du faucon noir” ou “Mensonges d’Etat”, le Britannique Ridley Scott, et son acteur fétiche Russell Crowe, ici également co-producteur.
Dix ans plus tôt, leur péplum “Gladiator” avait raflé 5 Oscars, faisant de l’acteur l’une des têtes d’affiche incontournables à Hollywood.
En chausses et cape de cuir, Russell Crowe reprend le rôle du légendaire héros médiéval de la littérature anglaise, maintes fois incarné à l’écran – dès 1922 par Douglas Fairbanks, puis par Errol Flynn et plus récemment par Sean Connery (“La rose et la flèche”, 1976) ou Kevin Costner (“Robin des Bois prince des voleurs”, 1991).

Ce nouvel opus s’intéresse aux origines de la carrière du bandit de grand chemin, une genèse réinventée par le brillant scénariste Brian Helgeland, l’auteur de “L.A. confidential” qui lui a valu un Oscar ou encore “Mystic River”, qui bouscule quelque peu la chronologie et les faits historiques.
Un narrateur situe le film “au début du 13e siècle, à “une époque de tyrannie et d’injustice”, dans une Angleterre menacée par les visées guerrières de son inexpugnable ennemi, la France, et saignée à blanc par dix ans de croisades menées par son roi, Richard Coeur de Lion (Danny Huston).
A la fin de la troisième croisade visant à reprendre Jérusalem, Richard périt transpercé d’une flèche lors de l’attaque d’un château français. L’équipage de nobles qui ramène sa couronne vers l’Angleterre est décimée dans la forêt de Brocéliande, par Godefroy (Mark Strong), un traître à la solde du roi de France Philippe II.
Archer dans les troupes du défunt roi Richard, Robin Longstride décide avec ses compagnons d’armes, d’usurper l’identité des nobles pour rentrer au pays.

Se faisant passer pour Robert Loxley, Robin est accueilli comme un fils par le vieux baron Loxley (Max von Sydow) dans un domaine familial fragilisé par la perte de l’héritier mâle. D’abord distante, sa veuve Marianne (Cate Blanchett) ne reste pas longtemps insensible aux charmes roturiers de Robin Longstride.
La jeune Française Léa Seydoux campe Isabelle d’Angoulême, la maîtresse de Jean sans Terre, frère honni de Richard Coeur de Lion.
Encadré par deux impressionnants morceaux de bravoure – il s’ouvre sur l’attaque du château à coups de bélier, de jets d’huile fumante et de nuée de flèches et se termine avec la bataille entre la flotte française et les troupes royales britanniques – “Robin des Bois” est un divertissement efficace.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related