Subscribe

Romain Barras champion d’Europe du décathlon

Grand favori du triple saut, Teddy Tamgho a été lâché par ses nerfs, se contentant de la médaille de bronze, tandis que Romain Barras a décroché une superbe médaille d’or au décathlon, symbole d’une magnifique journée bleue jeudi à Barcelone.

A ces deux podiums -aux goûts bien différents- se sont ajoutées Véronique Mang et Myriam Soumaré, respectivement 2e et 3e du 100 m.

En trois jours, l’équipe de France se glorifie déjà de deux titres, ceux de Barras après celui de Christophe Lemaitre sur 100 m mercredi, et de quatre autres podiums puisque Martial Mbandjock avaient pris la 3e place du 100 m.

Et comme Lemaitre, Mbandjock et David Alerte se sont qualifiés pour la finale du 200 m vendredi, les journées pourraient se suivre… et se ressembler en Catalogne.

Champion du monde en salle cet hiver avec le record du monde à la clé (17,90 m), troisième performeur de l’histoire en juin (17,98 m), auteur de 7 bonds supérieurs à ceux de tous ses rivaux cet été et insolent de facilité en qualifications mardi, Tamgho visait l’or et rien d’autre. Et pourtant !

“Faut pas se mentir. Je prends une claque. Physiquement ça allait, mais nerveusement ce n’était pas comme les autres jours. Je n’arrivais pas à me concentrer comme en qualifications ou comme les jours où j’ai fait 17,90 ou 17,98. Je suis passé à côté”, s’est lamenté Tamgho, qui a pris à 21 ans une bonne leçon du Britannique Phillips Idowu.

C’est peut-être pas fini

Le champion du monde en titre, vainqueur avec un saut de 17,81 m devant le Roumain Marian Oprea (17,51 m), “était un peu tout seul dans le concours” selon les mots du Français.

Romain Barras, lui, n’était pas seul. Mais il a gagné le titre des Hercules.

Cinquième des JO-2008 à Pékin, le natif de Calais, 29 ans, s’est arraché avec un record personnel battu -8453 points- après 10 épreuves et deux jours de labeur.

Après un début de compétition délicat (100 m, longueur), Barras est bien revenu lors de la seconde journée, son traditionnel point fort. C’est grâce au javelot, 9e et avant-dernière épreuve, qu’il a pris la tête avant de maîtriser le 1500 m final.

Son regard ébahi et incrédule à l’arrivée du 1500 m en disait long sur sa joie d’être maintenant l’égal de Christian Plaziat, sacré en 1990 et d’Alain Blondel, en 1994.

La soirée, débutée par une averse d’une heure qui avait pratiquement noyé le stade des JO-1992, s’est conclue par un 100 m dames aussi excitant que celui des messieurs la veille.

Derrière la Princesse de la course-reine, l’Allemande Verena Sailer, victorieuse en 11.10, Mang a même donné l’impression de pouvoir s’imposer avant de céder à 10 m de la ligne.

Championne d’Europe en 1998, avec le record continental à la clé (10.73), Christine Arron, peut se féliciter d’avoir emmené ses 36 ans à la 8e place.

La matinée avait déjà été brillante pour les Bleus puisque Renaud Lavillenie, invaincu en 9 concours cet été, Romain Mesnil, le vice-champion du monde et Damiel Dossevi, 6e des Mondiaux-2009, avaient évité le piège des qualifications à la perche.

Et un peu plus tôt, Ladji Doucouré, le champion du monde 2005 du 110 m haies, Garfield Darien et Dimitri Bascou avaient franchi le 1er tour sans encombres.

Avec 6 médailles, la délégation française n’est déjà plus qu’à deux de son total de la dernière édition, en 2006. Et l’impression est que la moisson n’est pas finie.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related