Subscribe

Ronny Turiaf : “Je suis dans la meilleure forme de ma carrière”

Transféré le 21 mars dernier au Miami Heat, Ronny Turiaf se sent bien dans ses baskets. Après quelques mois de galère pour cause de pépins physiques à répétition, l’intérieur de l’équipe de France a l’opportunité de jouer un rôle intéressant dans une équipe qui joue le titre NBA. Pour France-Amérique, le martiniquais évoque sa saison et la perspective de disputer les Jeux Olympiques de Londres l’été prochain.

France-Amérique : Ronny Turiaf, comment vous sentez-vous après avoir manqué une grande partie de la saison à cause d’une blessure au poignet ?

Aujourd’hui, je me sens très bien. Les soucis physiques font désormais partie du passé, et je suis de nouveau prêt à tout donner sur un terrain. Cela faisait très longtemps que je ne m’étais pas senti aussi bien. Je suis dans la meilleure forme de ma carrière. Cette blessure au poignet m’a permis de me remettre en question sur plusieurs points. Par exemple, je fais dorénavant beaucoup plus attention à mon alimentation. Je me fatigue donc moins rapidement et j’ai une bien meilleure résistance à l’effort. Je me sens “léger” sur le terrain, le nouveau Ronny est arrivé! (rires).

Ronny Turiaf : Comment se passe l’adaptation au Miami Heat?

Tout se passe pour le mieux. Les coéquipiers me font sentir vraiment à l’aise, le coach est content de moi et de ce que je fais sur le terrain. Je suis vraiment bien ici et cela fait très plaisir d’être aussi bien accueilli. Cela fait chaud au cœur.

C’est la destination idéale pour vous…

Oui, je pense que je ne pouvais pas venir à un meilleur endroit. L’équipe joue le titre et mes coéquipiers comptent sur moi. Géographiquement, je me rapproche aussi de ma famille qui vit en Martinique et qui peut donc venir me voir très souvent. Je pense que c’est la destination idéale pour moi.

Comment avez-vous été accueilli par les superstars de l’équipe LeBron James et Dwyane Wade ?

C’est eux qui ont insisté auprès de Pat Riley, le manager de l’équipe, pour que je vienne ici. Si je n’avais pas eu leurs SMS, leurs coups de téléphone pour me parler du projet du club et de l’ambition de l’équipe, je ne pense pas que j’aurais signé à Miami. Leur soutien a également beaucoup pesé dans ma décision.

Vous aviez aussi d’autres équipes qui cherchaient à vous recruter, Boston et Chicago notamment. Comment avez-vous fait le choix ?

Cela se fait au feeling. Je me suis dit que venir à Miami serait peut-être la meilleure solution pour relancer ma saison. J’ai tout de même étudié les diverses propositions qui m’on été faites, mais je marche beaucoup au feeling. Le choix s’est donc fait assez rapidement.

Après la défaite finale l’an passé, les Miami Heat sont une nouvelle fois en course pour le titre cette saison…

C’est l’objectif numéro un de l’équipe. Avec l’effectif que nous avons, nous nous devons de lutter pour le titre. La route est encore longue jusqu’aux finales, mais je pense que l’on peut viser les sommets. L’équipe est surmotivée à l’idée de jouer le titre. Les joueurs qui ont participé à la défaite lors de la finale de l’an passé ne veulent pas revivre un nouvel échec. On va tout donner pour aller au bout.

À l’instar du meilleur jouer de l’équipe, Lebron James, vous avez vous aussi connu la défaite en finale en 2008 sous le maillot des Lakers…

Oui, c’est vrai. Ça reste l’un des plus mauvais souvenirs de ma carrière. J’ai vraiment pris beaucoup de temps à digérer cet échec. Pour un sportif de haut niveau, il n’y a rien de plus horrible que de perdre en finale. Échouer au pied du titre, c’est très difficile à vivre. Mais j’espère prendre une revanche sur le destin dès cette saison. Je vais tout donner sur le terrain pour que l’équipe gagne le titre.

La situation dans laquelle vous êtes au Heat est en tout cas idéale dans la perspective des Jeux Olympiques de l’été prochain…

Tout à fait. Être dans une équipe qui joue le titre, en plus avec un rôle conséquent, c’est sûr que cela augmente mes chances d’être en équipe de France. J’ai toujours répondu présent à l’appel de l’équipe de France. Dans les bonnes mais aussi dans les mauvaises années…L’équipe nationale et moi, c’est une histoire d’amour. Je ne refuserai jamais une sélection. Si on fait appel à moi, le “Roro national” va venir (sourire). Cela a toujours été un objectif pour moi et cela le restera toujours. Je vais tout faire pour mériter d‘être sélectionné pour les prochains Jeux Olympiques. Jouer les J.O, c’est le rêve de tous sportif.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related