Subscribe

Rugby: la France recalée à l’examen final australien

Le XV de France a payé son manque criant de réalisme par une frustrante défaite (18-13) contre l’Australie, qui s’est délectée des errements de son hôte avec son sang-froid habituel, samedi au Stade de France lors du troisième test-match de la tournée automnale.

Les Français avaient fait de ce test-match le véritable enjeu de cette tournée de novembre après les hors-d’oeuvre, certes consistants, offerts par l’Argentine (12-6) et la sélection des îles du Pacifique (42-17). Avec, bien présent à l’esprit, l’envie criante de laver l’honneur français après les deux claques (34-13 et 40-10) reçues cet été en terre australe.

Accessoirement, la quatrième place du classement mondial de l’IRB, autre enjeu de cette partie et qui aurait évité aux Français d’affronter l’une des trois grandes nations du Sud en phase de poules du Mondial-2011, reste entre les mains des Argentins, pourtant défaits en Irlande (17-3).

Marc Lièvremont doit désormais s’atteler à préparer le Tournoi des Six nations. “L’examen final” imposé à ses troupes a permis d’apprécier des progrès tangibles. Mais quelques ratures, défaut chronique de l’élève français, et dix-huit points manqués par le pied défaillant de David Skrela ont cependant coûté une victoire à portée de main.

Le plan de jeu mis en place était pourtant respecté, le défi physique imposé par les Wallabies largement relevé, avec une troisième ligne égale à elle-même dans le combat. La conquête, arme tranchante des Australiens, fut également soignée.

 Wallabies heureux à la pause

C’est d’ailleurs sur une mêlée à cinq mètres que les Français inscrivaient leur unique essai de la partie après avoir littéralement enfoncé leurs pendants australiens, pourtant triomphants face aux Anglais une semaine plus tôt.

Mais les tricolores ont payé cher leur manque de réalisme et leurs balles perdues dans des situations favorables. Les Wallabies pouvaient s’estimer heureux de mener à la pause (10-7) grâce au naufrage de Skrela, qui aurait dû se charger de sanctionner leur indiscipline dans le jeu au sol.

Les Australiens, sans être géniaux, ont pu faire admirer leur rugby quasi chirurgical: une possession de balle largement favorable en première période, quelques fusées lancées au pied par le stratège Giteau et, surtout, un réalisme à toute épreuve, à enseigner dans les écoles de rugby de l’Hexagone.

Machine implacable

Après avoir ouvert le score sur pénalité peu avant la demi-heure, ils inscrivaient en force le premier essai de la partie par le talonneur Stephen Moore, à la conclusion d’une percée d’Ashley-Cooper repositionné au centre après le forfait de Ryan Cross.

Et si les Français, regonflés à bloc, prenaient l’avantage à la reprise par une pénalité de Skrela et un drop de quarante mètres de Médard, l’implacable machine australienne ne tardait pas à retrouver son rendement.

L’ailier Peter Hynes, bien servi par Mortlock, inscrivait le deuxième essai sur la première incursion australienne dans le camp français de la deuxième période. Puis Giteau châtiait sans ménagement une balle perdue plein axe par Médard par une nouvelle pénalité (13-18, 75).

Ce réalisme froid est à méditer. Si le XV de France a livré une de ses prestations les plus solides depuis la prise de fonction, voici un an, de Marc Lièvremont, le diable se niche dans les détails. Et à ce jeu, l’hemisphère Sud a encore une belle longueur d’avance.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related