Subscribe

Ryder Cup : Le rêve européen

Après une remontée historique, la sélection européenne à remporté ce dimanche la Ryder Cup à Medinah, près de Chicago. Une victoire 14,5/13,5 inespérée au vu de la domination des Etats-Unis lors des deux premières journées.

Menés 10-6 au moment d’entamer la dernière journée de compétition dimanche, les Européens étaient en mauvaise posture : ils devaient gagner huit des douze simples pour l’emporter. Et ils l’ont fait ! Du jamais vu pour la sélection européenne qui signe ainsi le plus gros retour de l’histoire de la compétition depuis la victoire américaine de 1999 devant son public. Vendredi, le “rookie” de cette édition, le Belge Nicolas Colsaerts, 29 ans, s’est offert avec son équipier anglais Lee Westwood le scalpe de Tiger Woods, et a sauvé l’honneur d’une équipe à la dérive. Il n’a pu rééditer l’exploit par la suite, s’inclinant à deux reprises. Mais dimanche, il savourait simplement ce retour historique pour sa première participation.

Réactions de celui que l’on surnomme le “Belgian Bomb”, en référence à sa frappe phénoménale, future pointure du golf mondial de l’aveu même de Tiger Woods.

France-Amérique : Quels ont été les mots du coach Jose Maria Olazabal avant d’entamer la dernière journée de compétition ?

Nicolas Colsaerts : Il nous a parlé d’espoir, de momentum, d’intensité et de jusqu’au-boutisme. Il nous a apporté l’inspiration de Seve Ballesteros (golfeur espagnol décédé en mai 2011, un des meilleurs joueurs de Ryder Cup, ndlr) tant et si bien que chacun de nous savait ce qu’il avait à faire !

Comment avez-vous vécu la remontée de votre équipe ?

J’ai senti la plus grande pression de ma vie, il me semblait que mon point était vital et ça m’a mis encore une pression supplémentaire. Mais quand j’ai vu qu’on avait toute nos chances, j’ai été envahi par cette intensité incomparable que seule une compétition comme la Ryder Cup peut offrir.

Avez-vous senti le doute s’installer dans le public américain ?

L’ambiance a été infernale pour l’Europe durant les trois jours de compétition. Les Américains sont très patriotiques et bruyants, mais les dernières minutes ont été passionnantes en voyant les mines déconfites des Américains.

Votre première Ryder Cup et vous vivez ce retour historique. Quel a été votre sentiment ?

Mon meilleur souvenir c’est la victoire avec Lee Westwood vendredi face à Tiger Woods. C’était mon premier match officiel et j’ai joué à la mémoire de Seve Ballesteros. Tiger reste le grand monsieur du golf actuellement. Le battre et recevoir un commentaire élogieux de sa part après, ça a été un des moments importants de cette Ryder Cup.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related