Subscribe

Sarkozy remanie en ouvrant à droite aux chiraquiens et villepinistes

Après la sévère défaite de la majorité aux régionales, Nicolas Sarkozy a remanié lundi son gouvernement en l’ouvrant aux chiraquiens et aux villepinistes, tel François Baroin, qui avait vivement critiqué la politique d’ouverture vers la gauche du chef de l’État.

Le président fera une déclaration mercredi à l’issue du Conseil des ministres. Ce sera sa première réaction après la défaite dimanche de son camp, vainqueur uniquement dans trois régions sur vingt-six. Au terme d’un va-et-vient de personnalités de l’UMP entre l’Élysée et Matignon toute la journée, M. Sarkozy a procédé à un mini-remaniement, avec trois entrants et deux sortants pour ce nouveau gouvernement Fillon.

Le député-maire UMP de Troyes François Baroin a été nommé ministre du Budget, en remplacement d’Éric Woerth, qui devient ministre du Travail et de la Fonction publique à la place de Xavier Darcos. Ce dernier quitte le gouvernement, mais sera « prochainement appelé à d’autres responsabilités », selon le communiqué de l’Élysée.

Ministre de l’Outre-mer entre 2005 et 2007 puis brièvement ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac en 2007, le nouveau venu François Baroin fut l’une des principales voix de la majorité à critiquer la stratégie de Nicolas Sarkozy entre les deux tours des élections régionales, dénonçant notamment sa politique d’ouverture à gauche et le rythme de ses réformes.

Xavier Darcos, qui dirigeait la liste UMP dans la région Aquitaine, semble payer sa sévère défaite dimanche au second tour du scrutin régional. Il n’a décroché que 28 % des voix contre 56 % pour le président socialiste sortant Alain Rousset. En prenant le portefeuille du Travail, Éric Woerth, qui occupait le ministère du Budget depuis 2007, sera chargé du dossier délicat de la réforme des retraites.

Parmi les bénéficiaires de ce remaniement se trouve aussi le député UMP du Nord Marc-Philippe Daubresse. Ancien ministre délégué au Logement et à la Ville et actuellement secrétaire général adjoint de l’UMP, il a été nommé ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives, reprenant les attributions jusque-là dévolues au haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté et à la jeunesse, Martin Hirsch. Symbole de l’ouverture à gauche, M. Hirsch, ancien président de l’association Emmaüs, avait fait part de sa volonté de quitter le gouvernement une fois mis en place le Revenu de Solidarité Active. Il sera prochainement nommé président de l’Agence du service civique, a indiqué lundi soir la présidence de la République.

Le député villepiniste de l’Essonne Georges Tron, a été nommé secrétaire d’État à la Fonction publique. Fidèle de Dominique de Villepin, il avait ardemment défendu l’ancien Premier ministre pendant l’affaire Clearstream et avait qualifié sa relaxe de « grande victoire ». Il n’y avait plus de secrétaire d’État à la Fonction publique depuis le départ d’André Santini en juin 2009.

Néanmoins, les responsables de l’UMP ont insisté sur le fait que ce remaniement n’était pas une révolution. Le gouvernement devait tenir le cap des réformes, à commencer par celle des retraites. « Les Français n’ont pas dit non aux réformes », a répété le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand. La numéro un du PS, Martine Aubry, qui sort renforcée du scrutin, avait au contraire demandé à Nicolas Sarkozy de « chang(er) de politique ».

La défaite de la droite aux régionales a suscité des tensions dans la majorité. Jean-Pierre Raffarin a demandé « un vote de confiance » sur les réformes au Parlement après « un discours de politique générale » de M. Fillon. Dominique de Villepin, ennemi juré de Nicolas Sarkozy, a prévu d’annoncer jeudi la création d’un « mouvement au service des Français », mais « dans l’orbite de l’UMP ».

 

Le nouveau gouvernement de François Fillon compte 40 membres dont le Premier ministre, soit un de plus qu’avant le remaniement.

Les ministres :

– Jean-Louis Borloo, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat

– Michèle Alliot-Marie, ministre d’État, Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés

– Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes

– Christine Lagarde, ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi

– Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales

– Éric Woerth, ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique

– François Baroin, ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État

– Patrick Devedjian, ministre auprès du Premier ministre, chargé de la mise en œuvre du plan de relance

– Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale, porte-parole du gouvernement

– Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

– Hervé Morin, ministre de la Défense

– Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé et des Sports

– Bruno Le Maire, ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche

– Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication

– Éric Besson, ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire

– Michel Mercier, ministre de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire

– Henri de Raincourt, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement

– Marc-Philippe Daubresse, ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives

– Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie

– Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l’Outre-mer

Secrétaires d’État

– Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé de l’Emploi

– Georges Tron, secrétaire d’État chargé de la Fonction publique

– Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique

– Dominique Bussereau, secrétaire d’État chargé des Transports

– Valérie Létard, secrétaire d’État aux Technologies vertes

– Jean-Marie Bockel, secrétaire d’État à la Justice

– Hervé Novelli, secrétaire d’État chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de la consommation

– Fadela Amara, secrétaire d’État chargée de la politique de la ville

– Alain Marleix, secrétaire d’État à l’intérieur et aux collectivités territoriales

– Rama Yade, secrétaire d’État chargée des Sports

– Christian Blanc, secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale

– Hubert Falco, secrétaire d’État à la défense et aux anciens combattants

– Anne-Marie Idrac, secrétaire d’État chargée du commerce extérieur

– Alain Joyandet, secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie

– Nadine Morano, secrétaire d’État chargée de la Famille et de la Solidarité – Chantal Jouanno, secrétaire d’État chargée de l’Écologie

– Pierre Lellouche, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes

– Nora Berra, secrétaire d’État chargée des Aînés

– Benoist Apparu, secrétaire d’État chargé du Logement et de l’Urbanisme

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related