Subscribe

Selon une étude, 40% des policiers américains et canadiens souffrent de troubles du sommeil

Environ 40% des policiers américains et canadiens souffrent de troubles du sommeil susceptibles d’affecter leur santé, leurs performances et leur sécurité, ainsi que celle de la population, affirme une étude publiée aujourd’hui.

Ces policiers souffrent d’apnée du sommeil, d’insomnie ou de dérèglements biologiques liés au travail de nuit, précisent les auteurs de cette étude parue dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) daté du 21 décembre. Au sein de la population américaine, entre 50 et 70 millions de personnes sont concernées par ces problèmes de sommeil et la plupart l’ignorent ou ne sont pas traités, indiquent les chercheurs. “Les policiers travaillent souvent de longues heures et durant des permanences à rallonge, ce qui dans d’autres professions est lié à un risque accru d’erreurs, de blessures et d’accidents automobiles”, relèvent-ils.

Selon des statistiques arrêtées en 2003, de plus en plus de policiers sont tués dans des accidents, en raison de la fatigue résultant probablement d’un manque de sommeil et d’un sommeil de mauvaise qualité, observent-ils. Le Dr Shanta Rajaratnam, expert du sommeil à l’hôpital Brigham and Women de Boston (Massachusetts) a mené l’étude auprès de 4 957 policiers aux Etats-Unis et au Canada.

Un problème de sommeil a été diagnostiqué chez 40,4% des participants. Dans 33,6% des cas, il s’agissait d’apnée, problème le plus fréquemment rencontré. Les policiers souffraient aussi d’insomnie (6,5%) et de troubles liés au travail de nuit (14,5%). L’étude a montré que les pathologies du sommeil étaient liées à un risque accru de problèmes de santé. Ainsi, 10,7% des participants ont indiqué souffrir de dépression, contre 4,4% chez ceux sans trouble du sommeil. Quelque 34,1% des policiers ont également fait part d’épuisement émotionnel, contre 17,9% dans le groupe témoin. En outre, 20% des policiers souffrant d’un problème de sommeil ont reconnu s’endormir au volant, contre 7,9% chez les autres. Ces troubles du sommeil sont par ailleurs liés au diabète, aux maladies cardiovasculaires et à une consommation élevée de caféine.

Les policiers ayant des problèmes de sommeil reconnaissent qu’ils commettent davantage d’erreurs administratives et de violations des règles de sécurité. Ils admettent également être sujets à la colère face à des suspects ou à des citoyens, suscitant des plaintes de ces derniers. Enfin, les insomniaques disent avoir été souvent absents de leur travail ou s’être endormi durant des réunions professionnelles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related