Subscribe

Soldats français et maliens contrôlent l’aéroport de Gao, bastion islamiste

Des soldats français et maliens ont pris samedi le contrôle de l’aéroport de Gao, un bastion islamiste situé à 1 200 km au nord-est de Bamako, a-t-on appris auprès d’une source de sécurité malienne.

“Les forces maliennes et françaises sécurisent l’aéroport de Gao et le pont Wabary de Gao. Ces deux endroits stratégiques sont sous contrôle des forces maliennes et françaises”, a déclaré cette source. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a confirmé peu après samedi que “les forces françaises avaient saisi la zone de l’aéroport et le pont de Gao”. “Les terroristes jihadistes qui ont affronté les armées malienne et française ont vu nombre de leurs moyens mobiles et de leurs sites logistiques détruits”, a souligné le ministre.

Son entourage a précisé que “les combats continuaient” à Gao, jugeant par ailleurs “plausible” le bilan de quelques centaines de combattants islamistes tués depuis le début de l’intervention française au Mali donné par le quotidien français le Monde, citant des sources militaires. “Les opérations de sécurisation se poursuivent. Des avions français ont atterri à l’aéroport de Gao. Nous voulons rapidement maîtriser les huit quartiers de la ville et éviter des dégâts. C’est clair que nous sommes à un tournant du conflit”, a indiqué ensuite la source malienne de sécurité. L’aéroport se situe à environ 6 km à l’est de Gao. Le pont est lui placé à l’entrée sud de la ville.

Gao, la principale ville du Nord du Mali, est un bastion des islamistes du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest. Ils y ont commis de nombreuses exactions, dont des amputations de personnes accusées de vol. Ce groupe a annoncé samedi matin qu’il était prêt à “négocier la libération” de l’otage français qu’il détient depuis deux mois.

La source de sécurité n’a pas fait état de combats. D’autres sources ont indiqué que la plus grande partie des combattants islamistes avaient évacué la ville ces derniers jours, remontant vers l’extrême-nord-est du Mali pour échapper aux frappes aériennes françaises. Les positions des islamistes à Gao ont été pilonnées par l’aviation française, notamment par des avions de combat Rafale, qui visaient “des camps d’entraînement, des infrastructures et des dépôts logistiques constituant les bases arrière des groupes terroristes”, selon Paris.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related