Subscribe

S&P place sous surveillance négative le Fonds de secours européen

L’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé mardi avoir placé sous surveillance négative la note du Fonds de soutien de la zone euro (FESF), conséquence de sa décision de placer sous surveillance les principaux pays de l’Union monétaire.

Le FESF risque de perdre sa note triple A d’un ou deux crans. S&P avait placé sous surveillance négative lundi soir les notes qu’elle attribue à la dette à long terme de quinze pays de la zone euro, dont celles de l’Allemagne et de la France, les deux principaux contributeurs du FESF. Le FESF est un instrument financier qui lève de l’argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro, proportionnellement à leur participation dans le capital de la Banque centrale européenne (BCE).

Il bénéficie actuellement d’une note triple A qui lui a permis d’emprunter à des taux avantageux sur les marchés. L’argent qu’il lève est ensuite reversé à des pays en difficulté (Portugal, Irlande) à des taux moindres que ceux qu’ils devraient payer sur les marchés. “Compte tenu de la structure du FESF, si nous devions abaisser la note d’un ou plusieurs pays de la zone euro, nous lui attribuerions la note la plus basse d’un pays de l’Union monétaire anciennement noté triple A”, indique S&P dans un communiqué. Cela pourrait donc conduire à un abaissement de deux crans, dans le sillage de la France, qui est le pays bénéficiant d’un triple A le plus sérieusement menacé par l’agence S&P.

La décision de S&P interviendra dans les trois mois “et si possible avant”, précise l’agence de notation, qui entend d’abord finir son évaluation des pays apportant leurs garanties au FESF.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related