Subscribe

Stéphanie Szostak, la Française du Dîner de cons à l’américaine

Minois pointu et regard pétillant, Stéphanie Szostak jouit de son statut de Française intégrée. À New York depuis 14 ans, elle tient le rôle principal féminin dans Dinner for Schmucks du roi de la franchise comique Jay Roach. Cette grosse production inspirée de la comédie culte de Francis Veber, Le Dîner de cons, sort en salle vendredi 30 juillet aux États-Unis. De retour d’une séance photos en plein air à Brooklyn, l’actrice revient sur son expérience américaine autour d’un cappuccino.

« Ma vie est ici, donc ma carrière aussi », assure la comédienne d’un air frondeur. Née en France de mère française et de père américain, Stéphanie Szostak se sent pleinement new-yorkaise. Mariée à un Américain d’origine polonaise, l’actrice voit sa carrière décoller aux États-Unis en 2006 grâce à son rôle dans Le Diable s’habille en Prada de David Frankel, où elle incarne la rédactrice en chef tyrannique d’un magazine de mode français. Elle obtient ensuite un petit rôle dans The Good Heart, un conte urbain du Danois Dagur Kari, sorti au printemps, qui évoque « les hasards d’une rencontre entre deux âmes perdues » en forme d’hommage au cinéma new-yorkais des années 70. Dans ce film, elle donne la réplique à Brian Cox, « un fou génial » d’après elle.

En 2009, tout s’accélère. Découverte par un agent américain qui prend en main la gestion de sa carrière, Stéphanie Szostak passe l’audition pour Dinner for Schmucks. « Un mois plus tard, je débutais le tournage à Los Angeles », se réjouit-elle. Seule française de l’équipe, elle joue de son accent pour incarner dans le film une galeriste d’art. « Il ne s’agissait pas d’américaniser le personnage mais de jouer de cette qualité naturelle. Ma double nationalité franco-américaine est un avantage », admet-elle. Dans cette version, très différente de l’original, Stéphanie Szostak remplace la Belge Alexandra Vandernoot dans la peau de la femme de l’organisateur du dîner de cons. Celui-ci, incarné par Thierry Lhermitte dans la version française, est campé par Paul Rudd dans le film de Jay Roach. Jacques Villeret est remplacé dans le rôle du « con » par Steve Carell.

Stéphanie Szostak, elle, a fait du chemin depuis ses débuts dans le mannequinat et ses cours de théâtre à l’Acting Studio de Sondra Lee. Maman de deux garçons, elle a eu la chance de côtoyer au cours de sa carrière de grands acteurs comme Catherine Zeta-Jones, Alessandro Gassman ou Uma Thurman. Mais son meilleur souvenir reste sa rencontre avec Meryl Streep sur le plateau du Diable s’habille en Prada. « On a discuté de nos enfants, de nos maris et on a échangé des conseils ».

Joueuse de golf confirmée à la ligne athlétique, Stéphanie Szostak peut sans problèmes monter  à cheval « façon western » ou tourner une scène de ski nautique. « En ce moment, je suis surtout dans l’effervescence de la lecture de scripts », se réjouit-elle. Inconnue du grand public hors des frontières américaines, l’actrice touche-à-tout s’apprête à voir son nom catapulté sur les écrans du réseau international. « J’attends la suite avec impatience », affirme-t-elle.

Informations pratiques :

Dinner for Schmucks, un film de Jay Roach inspiré du  Dîner de Cons de Francis Veber, sort en salles le 30 juillet aux États-Unis.

Avec les acteurs Steve Carell, Paul Rudd, Jemaine Clement, Jeff Dunham, Bruce Greenwood, Ron Livingston, Zach Galifianakis, Stephanie Szostak, Lucy Davenport, David Walliams, Lucy Punch, Larry Wilmore, Kristen Schaal.

Durée: 114 minutes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related