Subscribe

Strauss-Khan à Washington ?

Un Français à la tête du FMI? A Washington, les spécialistes du développement jugent que la succession de Rodrigo Rato doit être l’occasion de rompre avec les nominations politiques et de recruter au mérite. “Ce n’est pas une question de nationalité. Ce qui est en cause, c’est le processus de sélection“, juge Dennis De Tray, vice-président du Center for Global Development, un organisme de recherche indépendant.


 


L’idée de nommer un Français à la tête du Fond monétaire international a fait surface vendredi après que l’entourage Nicolas Sarkozy a indiqué que le président français devrait soutenir une éventuelle candidature du socialiste Dominique Strauss-Kahn, ancien ministre de l’Economie. La candidature française, si elle se confirme, risque d’être un air connu pour ses partenaires européens: depuis sa naissance l’institution a été piloté à trois longues reprise par des Français, soit plus de trente années de règne sur 61 ans d’existence. 


 


 


Les Européens règnent sur le FMI


Les grandes manoeuvres ont commencé pour la désignation du futur directeur général de l’institution multilatérale après la démission surprise de M. Rato dont les fonctions prendront fin en octobre. Aux termes d’une règle non-écrite, les Etats-Unis désignent le dirigeant de la Banque mondiale et les Européens celui du FMI. Les curriculum vitae d’autres hauts responsables européens ont déjà été mis sur la table, par médias interposés, depuis la démission de M. Rato le 28 juin.


 


Jeudi, le Wall Street Journal citait le ministre italien de l’Economie, Tommaso Padoa-Schioppa et le gouverneur de la Banque d’Italie, Mario Draghi.  Vendredi, le Financial Times publiait, dans son courrier, l’éloge de deux personnalités polonaises, l’ancien président de la Banque centrale Leszek Balcerowicz et l’ancien Premier ministre Marek Belka. “Le grand avantage des Européens, c’est que leur bloc compte un grand nombre de pays”, conclut M. De Tray. “Même sans renoncer à leurs prérogatives sur la direction du Fonds, ils peuvent faire avancer les choses en rendant ce processus plus concurrentiel, plus ouvert et plus transparent”, plaide-t-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related