Subscribe

Stuff Parisians like, d’Olivier Magny

Sommelier renommé et propriétaire d’un des plus grands bars à vin de Paris, Olivier Magny a, comme à son habitude, surpris tout le monde avec son livre satirique sur les Parisiens, Dessine moi un Parisien, paru cet été aux Etats-Unis sous le nom Stuff Parisians Like.

A 31 ans seulement, Olivier Magny ajoute à la liste de ses success stories une première réussite littéraire. Son recueil d’articles sur les habitants de la capitale française, Dessine moi un Parisien, est devenu un best seller avec 40 000 exemplaires vendus depuis sa sortie française en 2010. Tout commence avec un blog, créé plus par amusement que par prétention, dans lequel Olivier décrypte la réalité et les caractéristiques du spécimen parisien dans des petits articles cyniques. Exit l’accordéon et autres mièvreries périmées, il se moque mais reste tendre : ici, le Parisien dit “putain” à tout va, est branché s’il combine Converse avec iPhone et sushis, a une opinion sur tout, urine dans la rue et tombe en disgrâce sociale s’il supporte le PSG. Le public français accroche et l’effet boule de neige fait recette. En 2010, le blog se transforme en livre, repart six fois à l’impression avant que la version anglaise ne paraisse en juillet dernier aux Etats-Unis, en Angleterre et en Australie.

“Les gens étaient contents d’avoir un livre sur la France et les Français écrit par un Français. Ils se sont reconnus dans le livre”. Prozac littéraire pour décompresser face à un Paris trop parfait ? De la bourgeoise du XVIe au hipster accro à la San Pellegrino en passant par les racailles, Olivier dépeint tous les Parisiens en termes de style, d’éducation, de sport ou d’habitudes de vie. Entre autres.

Remettre les choses à leur place

“Beaucoup de mes clients étrangers mais aussi les provinciaux avaient une vision faussée de Paris, j’avais envie de remettre les choses à leur place, de casser certains clichés”, explique Olivier. “Les gens veulent leur dose de rêve, croire que le Paris mystifié existe encore, avec des ‘garçons’ dans chaque bar… Le ‘glamour, chic et culture’ existe, dans une certaine mesure. Mais ce n’est pas le Paris des Parisiens”. D’après Olivier, le Parisien d’aujourd’hui veut être new-yorkais. A grands coups de restaurants de burgers et salades Caesar, “Paris se provincialise, elle devient un satellite de l’Amérique à la différence d’une ville comme Berlin où l’on vit. Les gens viennent à Paris parce que c’est beau et romantique.”

Olivier fait de la résistance

Devant un tel constat, Olivier est tenace et compte bien défendre la différence française depuis son comptoir. “Le vin est une posture de résistance pour moi. Et s’il n’y a pas de résistance, Paris ne sera qu’un clone de Tokyo ou New York dans vingt ans”, clame-t-il. “On est en train de créer un monde linéaire, plat, sans intérêt avec un rouleau compresseur qui détruit les différences. Tout ça pour créer un être unique, plus facile à maîtriser.” Son avis est lucide et tranché. Le sommelier ne mâche pas ses mots mais n’est pas fataliste pour autant : “quand on parle de défendre sa culture et son identité, on passe pour un fasciste ou un nazi. Moi, je n’ai pas honte de lutter pour ça et je préfère rester positif et enjoué”. Ouf.

Simple comme un bon vin

Des projets contre l’uniformisation culturelle, Olivier en a plein. Notamment un nouveau blog et une émission “fun et didactique” sur les régions viticoles françaises, diffusée fin janvier sur Cuisine TV. “Pour parler du vin en France à la télé, c’est le blackout total. Les Américains sont bien plus passionnés par le vin que les Français.” Ça tombe bien, les négociations sont en cours pour une diffusion de l’émission à l’étranger.

Parisien pure souche, Olivier intègre l’ESSEC (la deuxième école de commerce française) mais réalise que “cette vie dénuée de poésie” ne lui convient pas. “J’étais passionné par le vin, alors je me suis plongé dedans.” A 24 ans, il lance O Château, aujourd’hui l’un des plus grands bars à vin de Paris mais aussi restaurant et lieu de wine tasting pour les amateurs et curieux qui voudraient affiner leur palais. Il est également sommelier consultant pour des grands noms comme l’Hôtel Le Crillon.

Olivier est un surdoué qui a choisi une vie faite de choses simples comme le bon vin. Il ne court pas le monde sous les projecteurs mais campe, fièrement, derrière son bar pour accueillir ses clients et désormais les lecteurs curieux en visite à Paris. A la bonne franquette.

Stuff Parisians Like, d’Olivier Magny, Editions Berkley Books en vente sur www.amazon.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related