Subscribe

Sur la route avec Barack Obama

Scout Tufankjian, photographe indépendante, a couvert toute la campagne de Barack Obama et en a réuni les meilleurs moments dans un recueil de photos simplement intitulé Yes, we can!, sorti mercredi aux éditions PowerHouse. À quelques jours de l’investiture, rencontre avec le témoin privilégié d’une aventure historique.

Si ce n’était son impressionnant palmarès de photographe, on prendrait Scout Tufankjian, 31 ans, pour une enfant, avec ses fossettes versatiles et ses yeux rieurs. La jeune femme est pourtant plutôt du genre tête brûlée, et elle sait prendre des risques. À l’image de l’héroïne du livre culte de Harper Lee, To kill a Mockingbird, à qui elle doit ce drôle de nom, « Scout » s’est fait le témoin d’un moment de l’Histoire américaine qui parle de races, de crise économique mais aussi et peut-être surtout d’espoir.

À peine rentrée de Gaza, où elle couvrait le conflit depuis 2002, Scout Tufankjian est envoyée en décembre 2006 par son agence, couvrir le meeting d’un jeune sénateur de l’Illinois. « J’y suis allée à reculons. Quoi de plus embêtant qu’un meeting de politicien, après ce que j’avais vécu à Gaza. » À son arrivée, elle rencontre un brillant et très charismatique sénateur, éloquent orateur et – fait remarquable pour Scout qui considère, après les horreurs de la guerre, la politique avec scepticisme – un véritable « homme de conviction ». Elle relève le pari de le suivre, à ses frais. Et elle a du nez. Quelques mois après, Barack Obama annonce son intention de se présenter à l’élection présidentielle. Avec le succès que l’on connaît.

Elle qui a suivi l’évolution du personnage public, note que si Obama s’est endurci au cours de la campagne, soumis à une pression croissante, il n’a justement pas beaucoup changé. « Il y a chez cet homme une constance, une discipline assez fascinante. C’est sans doute cela qui le rend si fort. »

Elle décrit son rapport aux médias comme « évident. Il connaît le pouvoir de son charisme. Il est très conscient de lui-même, comme un comédien. » Ainsi a-t-il su développer une image médiatique de puissante tranquillité, qui frise parfois le messianisme. Certaines des photos de Scout le représentent presque dans des positions de Christ rédempteur : « C’est un homme adoré. C’est un fait. Ce qui m’intéressait, c’est moins l’homme lui-même que le mouvement qu’il suscite autour de lui : des foules en délire, des enfants qui crient, de vieilles femmes en pleurs… C’est extraordinaire ce que les gens voient en lui. »

Barack Obama a cette capacité surprenante à réfléchir les fantasmes de tous. « Je me souviendrais toujours de cette femme lesbienne, lors d’un meeting dans le Nevada, qui demande à Obama s’il est pour ou contre le mariage gay. Il lui répond qu’il n’est pas pour. Elle l’applaudit en pleurant ! »

Scout parle avec enthousiasme des proches du président élu, qu’elle connaît désormais très bien : « Michelle, une femme d’exception, encore plus intelligente et plus forte que son mari. Néanmoins, je ne crois pas que la carrière politique l’intéresse. » ; David Axelrod, « l’homme qui a le plus d’influence sur Obama », et son « cœur d’or : le genre à vous envoyer un message personnel le jour de la victoire pour vous remercier d’avoir été là ! ». Le rapport du président élu à ses filles laisse Scout plus troublée : « Il en parle tout le temps, dit vouloir les protéger, et d’un autre côté leur écrit des lettres ouvertes dans la presse. »

La première famille du monde semble bien avoir adopté la jeune photographe. « Moi, pendant deux ans, j’étais une sorte de jeune cousine qui gigote trop et enquiquine tout le monde. Souvent, Obama me disait : « Scout, arrête, tu me perturbes ! » quand je cherchais le meilleur angle de vue. » Elle nie avoir refusé le poste de photographe officiel. En même temps, on y aurait mal vu cette tête brûlée : « une fois la sortie du livre bouclée, je retourne à Gaza.»

Infos pratiques :

Yes, we can ! , de Scout Tufankjian, 192p. Ed. Powerhouse ($29,95)

Exposition au PowerHouse Building jusqu’au 8 février

37 main street, Brooklyn, NY

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • La dernière muse de Bukowski veille encore sur la maison du “fantôme”La dernière muse de Bukowski veille encore sur la maison du “fantôme” Linda Lee Bukowski, dernière épouse et muse de l'enfant terrible de la littérature américaine, vit toujours dans la maison qu'elle partageait en Californie avec son illustre mari, dont le […] Posted in Books
  • Le gin tristeLe gin triste On pourrait dire que Jean Le Gall est avocat d’affaires le jour et écrivain la nuit. Mais schématiser de la sorte l’auteur trentenaire de l’acide et très drôle Requiem pour les […] Posted in Books