Subscribe

Syrie: la Russie s’oppose au départ d’Assad réclamé par les Occidentaux

La Russie s’oppose au départ du président syrien Bachar al-Assad réclamé par les Occidentaux et continuera de défendre sa “position de principe sur la Syrie”, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch.

“Nous ne partageons pas le point de vue des Etats-Unis et de l’Union européenne à l’égard du président Bachar al-Assad et allons continuer de défendre notre position de principe sur la Syrie”, a déclaré M. Loukachevitch, dans un communiqué.

“Nous considérons qu’un signal clair et sans ambiguïté a été donné aux Syriens sur l’indispensable nécessité de cesser la violence. Il s’adresse à l’opposition qui doit entamer un dialogue avec les autorités et prendre ses distances avec les extrémistes”, a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, une source au sein du ministère des Affaires étrangères citée par l’agence de presse Interfax avait indiqué que Moscou ne soutenait pas les appels des Occidentaux au départ d’Assad.

“C’est maintenant qu’il faut donner du temps au président syrien pour qu’il puisse mettre en place les réformes annoncées”, avait déclaré cette source.

Alliée de longue date de la Syrie et fournisseur d’armements à ce pays, la Russie prône avant tout la non-ingérence et appelle au dialogue politique interne depuis le début du soulèvement populaire.

Le président américain, Barack Obama, et ses alliés occidentaux ont appelé pour la première fois jeudi le président Assad à partir et ont renforcé les sanctions contre son régime, après cinq mois d’une sanglante répression en Syrie.

Le régime syrien affirme depuis le 15 mars envoyer son armée et ses chars dans les foyers de contestation pour “pourchasser les groupes terroristes” accusés d’être responsables des violences. Il a annoncé des réformes mais souligné qu’elles ne pouvaient être appliquées “sans que la sécurité soit rétablie” dans le pays.

Malgré l’annonce jeudi par Bachar al-Assad de la fin des opérations militaires contre les contestataires, une ONG syrienne a affirmé que les opérations de perquisitions et d’arrestations se poursuivaient.

Par ailleurs, une délégation de parlementaires russes va se rendre en Syrie “dans les prochains jours pour comprendre ce qui se passe dans ce pays”, a déclaré un membre de la commission des Affaires étrangères de la chambre haute du Parlement russe, Aslambek Aslakhanov, cité par Interfax.

Moscou continue par ailleurs d’exporter des armes à la Syrie, avait indiqué mercredi le patron du groupe public russe de vente d’armes Rosoboronexport, malgré les pressions internationales appelant à cesser ces livraisons à Damas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related