Subscribe

Tabac, alcool, drogue: rapport pessimiste sur les addictions en France

Hyperalcoolisation ponctuelle chez les jeunes, consommation de cannabis la plus élevée d’Europe, usage du tabac qui fléchit peu, émergence de nouveaux produits de synthèse : l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publie mardi un rapport pessimiste sur les addictions en France.

Le tabac et l’alcool restent les deux substances les plus consommées en France, avec 13,4 millions des 11-75 ans fumant quotidiennement, et 8,8 millions buvant de l’alcool plus de dix fois par mois. Mais si les consommations d’alcool quotidiennes sont en baisse, “de nouveaux comportements d’alcoolisation ponctuelle importante (cinq à six verres en une seule occasion) se développent, en particulier chez les jeunes”, note l’OFDT. La consommation de tabac était en 2010 au même niveau que 2000 malgré la hausse des prix et l’interdiction de fumer dans les lieux publics, mais les ventes de tabac ont cependant fini par reculer en 2012. Cependant, 63% des jeunes de 16 ans avaient expérimenté le tabac en 2011 (contre 60% en 2007), 22% étaient des fumeurs quotidiens (contre 17%).

Parmi les drogues illicites, le cannabis est le produit le plus consommé: 13,4 millions de Français l’ont expérimenté, 1,2 million se disaient consommateurs réguliers en 2010. La consommation s’est stabilisée depuis 10 ans “à un niveau élevé”, mais a légèrement diminué chez les jeunes de 17 ans (6% étaient consommateurs réguliers en 2011, 12% en 2002). “La France n’en demeure pas moins le pays avec la plus forte proportion de jeunes consommateurs de cannabis” sur 36 pays ayant participé à une enquête de 2011 sur les consommations des lycéens, souligne l’OFDT, qui estime que “5% des jeunes de 17 ans présentent des risques d’usage problématique ou de dépendance”.

En matière d’héroïne, la consommation “demeure très faible” (90 000 consommateurs dans l’année). Les usagers sont soit des personnes très désocialisées et précaires, soit des “jeunes plus insérés, consommant dans un cadre festif et moins au fait des risques”. Alors que la France apparaissait au début des années 2000 comme relativement peu consommatrice de cocaïne, le pourcentage de consommateurs récents a triplé en dix ans (0,3% en 2000, 0,9% en 2010). Chez les jeunes de 17 ans, l’expérimentation a été multipliée par 3 (0,9% en 2000, 3% en 2011). La France est également confrontée à l’émergence de nouveaux produits de synthèse, souvent moins chers que les drogues “classiques” et accessibles sur internet : 60 ont été détectés en France depuis 5 ans. La consommation “semble plus limitée en France que dans certains pays européens”, mais “il est difficile d’estimer le nombre d’usagers”, souligne l’OFDT.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related