Subscribe

Tee time pour Obama et Bloomberg sur fond de polémique

Le président Barack Obama jouait vendredi au golf avec le maire de New York Michael Bloomberg, en pleine polémique sur le projet de construction, défendu par les deux responsables, d’une mosquée près du site des attentats du 11-Septembre à Manhattan.

Selon les journalistes accompagnant le président, le président Barack Obama et le maire de New York, Michael Bloomberg, se sont retrouvés en milieu de journée sur un terrain de golf de Martha’s Vineyard, l’île huppée du Massachusetts où le chef d’Etat passe dix jours de vacances en famille.

Le président démocrate et le maire républicain, entrepreneur milliardaire, ont discuté pendant un quart d’heure de l’économie avant leur partie, à laquelle M. Obama avait convié M. Bloomberg il y a une semaine, selon la Maison Blanche.

“Le président et le maire ont saisi cette occasion pour parler de projets pour une croissance économique à court et à long terme, à un moment crucial de la reprise”, a affirmé un porte-parole de la présidence, Reid Cherlin, quelques heures après la publication de chiffres de croissance révisés à la baisse, nouveau signe d’un essoufflement de l’économie.

Bien qu’émargeant dans des partis concurrents, MM. Obama et Bloomberg ont pris des positions identiques en faveur de la construction d’un centre islamique à deux pâtés de maison de “Ground Zero”, le site des tours jumelles du World Trade Center détruites le 11 septembre 2001.

Pour Obama, Ground Zero peut accueillir une mosquée

Dans un plaidoyer passionné pour la liberté de culte garantie par la constitution américaine, le président avait défendu le 13 août, lors d’un repas de ramadan à la Maison Blanche, le droit des musulmans d’installer une mosquée à cet endroit, créant la polémique. 

“En tant que citoyen, en tant que président, je crois que les musulmans ont le même droit de pratiquer leur religion que quiconque dans ce pays”, affirmait encore le président américain Barack Obama, le 14 août dernier.

”Cela comprend le droit de construire un lieu de culte et un centre communautaire dans une propriété privée dans le sud de Manhattan”, a affirmé M. Obama .”Nous sommes aux Etats-Unis, et notre engagement en faveur de la liberté de religion doit être inaltérable.”

”Le principe, selon lequel les gens de toutes les croyances sont les bienvenues dans ce pays et ne seront pas traités différemment par leur gouvernement, est essentiel à ce que nous sommes”, a ajouté le président, en citant le premier amendement de la Constitution des Etats-Unis qui garantit la liberté de culte.

M. Obama prend ainsi spectaculairement position dans une affaire qui provoque une polémique de grande ampleur depuis que le conseil municipal de New York a approuvé en mai la construction de cette mosquée.

Ses déclarations interviennent aussi alors que des associations de musulmans américains se disent inquiètes d’un “climat d’islamophobie exacerbé” dans le pays à l’approche du 11 septembre, qui coïncide cette année avec la fin du ramadan, calculé sur le calendrier lunaire.

Les partisans du projet de New York soutiennent que la “Maison Cordoba” aidera à surmonter les stéréotypes dont continue à souffrir la communauté musulmane de la ville depuis les attaques contre les gratte-ciel du World Trade Center, qui avaient fait quelque 3 000 morts.

Les opposants assurent quant à eux que construire une mosquée si près de Ground Zero est une insulte à la mémoire des victimes, et vendredi, M. Obama a reconnu la sensibilité de la question, soulignant que “les attentats du 11-Septembre ont été un événement profondément traumatisant pour notre pays”.

Les opposants assurent que construire une mosquée si près de Ground Zero est une insulte à la mémoire des victimes. M. Bloomberg s’est pour sa part prononcé en faveur du projet, qui a reçu l’aval de son conseil municipal

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related