Subscribe

Tété sera en tournée sur la côte Ouest en juin prochain

Très discret depuis la fin de sa tournée suite à son album Le premier clair de l’aube, Tété n’avait pas donné de concerts depuis le début de l’année 2011. Lundi, il s’est produit presque en secret à Portland, avec Eric John Kaiser, un Français expatrié en Oregon.

C’est “à la faveur de l’automne”, comme il le chantait dans l’album qui l’a fait connaître, que Tété a donné un concert intimiste à la Brasserie Montmartre de Porltand le 21 novembre dernier. “C’est sûr, ce n’est ni Los Angeles ou New York où l’industrie de la musique est immense, mais Portland, même en ayant moins d’argent, est une ville très accueillante et chaleureuse où il y a de nombreux musiciens.”

Ce n’est pas une première sur le sol américain puisque l’artiste fait depuis cinq ans des petites tournées aux Etats-Unis, en compagnie d’un musicien français, expatrié à Portland, Eric John Kaiser. Il avait même enregistré son dernier album, Le premier clair de l’aube, en Oregon. “Depuis, avec la tournée, je n’avais pas pu retrouver le temps de revenir.”

Aux Etats-Unis, Tété chante en anglais des chansons inconnues dans l’Hexagone. ” Cela n’aurait pas sa place. En France, j’ai la chance d’avoir un public qui me suit. Et puis, les gens sont très attachés au patrimoine, notamment littéraire. “

Chanter en anglais pour rendre hommage à ses racines carribéennes

Pourtant, ses textes dans la langue d’Hemingway lui permettre de faire parler d’une autre partie de lui, celle de ses racines caribéennes anglophones. “Dans la famille du côté de ma mère (d’origine antillaise, ndlr), on ne parle français que depuis deux générations”, explique celui qui interprète “Fils de Cham”. Alors devant le public américain, Tété devient plus instinctif sur scène. “Les Français sont plus attachés au sens, on doit avoir la voix qui raconte une histoire. Ici, j’utilise plus la mienne comme un instrument. Mais dans les deux cas, je prends vraiment du plaisir.”

S’il se fait languir sur scène, ceux qui regardent France 5 peuvent le découvrir sur les routes américaines en compagnie d’André Manoukian, dans une série documentaire baptisée Tété ou Dédé. L’émission est réalisée comme un road-movie de New York à San Francisco et de Miami à La Nouvelle-Orléans, à la rencontre des héritiers du jazz, du blues, du folk, du hip-hop ou du rock. “On est parti pendant six mois à travers les Etats-Unis. C’était vraiment extraordinaire”, se souvient Tété.

En juin prochain, il reviendra sur la côte Ouest pour une autre série de concerts. En attendant, il devrait terminer l’écriture des titres qui composeront son nouvel album. “Il sera enregistré dans quelques mois, mais je ne sais pas encore où.” Portland pourrait être à nouveau un des points de chute possible. Quant à une carrière américaine, Tété ne dirait pas non. “Mais il y a tellement d’artistes plus talentueux les uns que les autres ici, que je veux d’abord continuer à me contruire plus en Europe et au Japon. Mais je compte revenir ici de plus en plus souvent.”

A voir :



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related