Subscribe

TGV : la secrétaire d’État Anne-Marie Idrac rencontre Arnold Schwarzenegger

Anne-Marie Idrac, la secrétaire d’État au Commerce extérieur a rencontré Arnold Schwarzenegger à South San Francisco pour promouvoir les technologies vertes « made in France » et parler du projet de train à grande vitesse entre San Francisco et Los Angeles.

Vendredi dernier, la secrétaire d’État au Commerce extérieur et le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger ont choisi le site de l’entreprise Solazyme, nouveau champion de la production d’énergie renouvelable, pour exposer les grands chantiers de la « révolution verte ». Au cœur de la discussion, le projet de ligne de train à grande vitesse qui reliera San Francisco à Los Angeles.

Le choix de Solazyme n’est pas anodin. L’entreprise de biotechnologie est en train de révolutionner le monde de la production énergétique en convertissant l’énergie issue de la synthèse de micro-algues en biofuel. Après avoir réaffirmé son engagement en matière de dévelopement durable et rappelé l’avancée de la Californie dans ce domaine, Arnold Schwarzenegger a salué la position de la France en matière d’innovation et souligné le rôle majeur que pourrait jouer la France dans le projet de TGV californien.

L’enjeu pour la France n’est pas des moindres. En concurrence avec des groupes allemands, japonais et espagnols, l’équipe française emmenée par Alstom et la SNCF pourrait décrocher un contrat colossal estimé à 40 milliards de dollars pour construire et exploiter la ligne californienne. Un contrat qui pourrait inspirer d’autres États américains qui étudient également le projet de TGV.

Pendant son intervention, Anne-Marie Idrac a vanté les bénéfices économiques et écologiques du train à grande vitesse, mettant en avant les forces du modèle francais. La secrétaire d’État a également souligné les grands atouts économiques de la France : des pôles de compétitivité à la pointe de l’innovation, des crédits d’impôts innovation finançant le développement de technologies vertes et un soutien actif aux PME qui investissent dans les secteurs d’avenir, déclarant que les « green Tech » seraient les moteurs de la reprise économique de demain.

Également en déplacement en Californie, le sénateur de Seine-Saint-Denis Philippe Dallier a expliqué que le terrain californien était particulièrement favorable à la construction de la ligne de TGV, « la sensibilité du gouverneur de Californie pour les vertus écologiques du TGV et les subventions de l’État fédéral rendent le projet tout à fait viable », ajoutant que «  le savoir-faire français dans le domaine est reconnu et place la France en position dominante ».

Le directeur délégué de la SNCF David Azema, plus prudent, a déclaré que « la grande vitesse a effectivement de fortes chances de voir le jour en Californie », appuyée par un fort soutien politique du gouvernement de l’État de Californie et l’apport de fonds fédéraux, mais rappellant qu’à l’heure actuelle, « aucun appel d’offre n’a encore été officiellement lancé ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related