Subscribe

Théâtre : hommage à la révolution haïtienne à Los Angeles

Reconstitution dramatique de la rébellion de Toussaint Louverture, la pièce Haïti de l’Américain William DuBois sera jouée au Will Geer’s Theatricum Botanicum de Topanga (Californie) jusqu’au 29 septembre.

C’est l’œuvre la plus célèbre du dramaturge, romancier et journaliste William DuBois (ne pas confondre avec le sociologue et activiste afro-américain W.E.B Du Bois). Mise en scène par Ellen Geer, cette représentation est une rare reprise de la pièce produite en 1938 par le Federal Theater Project et présentée au Lafayette Theater de Harlem par une troupe composée — une audace à l’époque — d’acteurs blancs et noirs.

Haiti-william-dubois-Poster-Lafayette-theater-harlem-nyc-1938

Affiche de la première représentation de la pièce Haïti en 1938. © Library of Congress

C’est une troupe analogue qui recrée aujourd’hui avec fougue et enthousiasme ce mélodrame inspiré de l‘histoire complexe et tourmentée de la révolution haïtienne. L’action débute en 1802, lorsque Haïti était encore la colonie française de Saint-Domingue, et relate le soulèvement des esclaves dirigé par Toussaint Louverture, le légendaire “Napoléon Noir”, et leur lutte contre les troupes envoyées de France pour reprendre le contrôle de l’île.

Les moments dramatiques, comiques et romantiques s’enchaînent. Au thème politique de la pièce, se mêlent une intrigue sentimentale, un mariage illégitime et un secret de famille. Dans le second acte, des combats à l’épée divertissants et fort bien menés ponctuent la victoire des esclaves rebelles contre les Français.

Pour des raisons évidentes de mise en scène, la fiction prend quelque liberté avec l’histoire. Personnages réels et imaginaires se côtoient librement et un certain manichéisme est de rigueur. Henri Christophe, l’un des lieutenants de Toussaint Louverture, devient le véritable héros de la pièce : il apparaît l’épée au poing, figure exemplaire du rebelle immortel. Face à lui, le général français Charles Leclerc, chef de l’expédition envoyée par Bonaparte pour mater la rébellion, incarne le méchant de l’histoire.

Brillamment servie par sa mise en scène et l’énergie de ses acteurs, la pièce entraîne les spectateurs dans un tourbillon de rebondissements et de coïncidences typiques du mélodrame. L’ambiance haïtienne recréée autour de la pièce — exposition de peintures et objets artisanaux, tambours et rythmes afro-caribéens par le groupe Peace Players Drummers, et buffet de plats régionaux — complètent cette expérience sensorielle.

Au-delà du divertissement, la pièce Haïti communique aussi une ferveur inspirée par le combat toujours renouvelé contre le racisme et les injustices. Comme le proclamait Louverture avant d’embarquer dans le navire qui le déporta en France, « en me renversant vous n’avez abattu que le tronc de l’arbre de la liberté, mais il repoussera par ses racines car elles sont profondes et nombreuses ».


Haïti

Jusqu’au 29 septembre 2018
Will Geer’s Theatricum Botanicum
419 North Topanga Canyon Boulevard
Topanga, CA 90290
www.theatricum.com


Michèle Druon est professeure de littérature française à l’Université d’Etat de Californie à Fullerton. Spécialisée en littérature contemporaine, théorie critique et philosophie postmoderne, elle écrit également des critiques de films et de théâtre pour plusieurs magazines en ligne.

  • Il est dommage qu’on n’ait pas reserve une petite place dans la piece au General Jean-Jacques Dessalines qui a fait culminer cette revolution en creant le 1er Janvier 1804 Haiti et la Nation Haitienne. On sait que le premier drapeau a ete cree par lui quand il a arrache le blanc du drapeau francais et rapprocher le bleu du rouge pour symboliser l’union des Noirs et de Mulatres contre le Blanc. Il merite de la Nation !

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Related