Subscribe

Thierry Franck Fautré : “Le FN peut être la bouée de secours des expatriés”

Installé en Floride depuis 1998, Thierry Franck Fautré représentera le Front National (FN) à l’élection législative partielle en Amérique du Nord.

France-Amérique : Comment s’est faite votre investiture au poste de candidat Front National ?

Thierry Franck Fautré : J’étais à Paris au moment de l’annulation de l’élection. J’ai alors rencontré plusieurs représentants du FN en France et nous avons décidé d’un commun accord que le parti avait besoin d’un candidat à ce scrutin législatif. La France est en pleine dérive et les Français doivent savoir que le Front National est là. Je suis adhérent FN depuis 2011 et sympathisant depuis de très nombreuses années.

Quelles idées voulez-vous mettre en avant dans votre campagne ?

Je rencontre beaucoup de compatriotes en Floride et ils ont des revendications dans le domaine de la santé, de l’éducation et de l’administration. Car tous les Français ne sont pas parachutés par des entreprises qui les encadrent bien. Certains ne peuvent pas se payer la CFE (Caisse des Français de l’étranger, ndlr) et les frais de scolarité élevés des écoles françaises. Je veux aussi être celui qui sait dire non aux Etats-Unis. Avec Nicolas Sarkozy et notre retour dans le commandement intégré de l’Otan, on a été sous la domination des Etats-Unis. Les socialistes ont promis de gouverner différemment mais leur position est la même que celle de l’UMP. Et on se retrouve aujourd’hui à être encore en Afghanistan.

Vous estimez que l’UMP et le Parti socialiste ne sont pas assez occupés des Français de l’étranger ces dernières années ?

Le pouvoir en place lâche les Français. Les candidats des autres partis ne défendent les expatriés que dans la théorie. Je veux dire aux Français des Etats-Unis que leur nationalité fait qu’on ne va pas les oublier. Le FN peut être la bouée de secours des expatriés. Quand vous voyez que certaines personnes veulent être député alors qu’elles habitent en France… C’est trop facile de vouloir se présenter tout en étant à 800 kilomètres et dire qu’on va défendre les dossiers des Français d’Amérique du Nord.

Estimez-vous qu’il y a une contradiction à se présenter en tant qu’immigré dans un pays, tout en portant les couleurs d’un parti anti-immigration ?

Non, il n’y a rien de contradictoire. Quand vous entrez aux Etats-Unis, vous ne dites pas ‘j’arrive sans boulot mais j’aime bien New York’. Ou alors on va vous répondre de rentrer chez vous. L’immigration américaine va dans l’intérêt du pays. Le FN n’est pas anti-immigration, mais il veut une régulation. Dans les années 60, en pleine croissance, la France avait besoin d’immigrés. Mais aujourd’hui, la France a 8 millions de pauvres. D’un côté on dit aux jeunes Français d’aller tenter une expérience à l’étranger s’ils veulent s’en sortir, et d’un autre côté, on prend de la main d’œuvre d’autres pays. Il y a un dysfonctionnement que le FN dénonce.

Une partie du FN est contre la double-nationalité. N’est-ce pas un problème pour votre candidature ?

La double-nationalité est un sujet que le FN a mal approché. Je peux vous assurer que jamais nous n’enlèverons sa nationalité à un Français.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related