Subscribe

Tony Parker : “Le chemin vers le titre est encore long”

Auteur d’une somptueuse prestation hier soir lors du premier match des finales, le Français Tony Parker espère réaliser son rêve de remporter son quatrième titre NBA. Pour France-Amérique, le meneur de jeu des San Antonio Spurs revient sur sa performance, nous parle de la confrontation face au Miami Heat, et de la suite de la série.

Tony Parker, premier match et première victoire pour votre équipe hier soir à Miami. Quelles sont vos impressions après ce succès initial ?

Je me sens très bien et satisfait d’avoir gagné ce premier match. On ne pouvait pas espérer démarrer les finales d’une meilleure manière. Nous avons bien préparé cette rencontre et tout le monde a très bien joué. Miami est l’équipe championne en titre et possède un groupe de joueurs très talentueux dont LeBron James, qui est un extra-terrestre. Nous avons été menés une grande partie de la rencontre, mais nous avons su rester patients et passer devant au début du quatrième quart-temps pour ne plus être rejoints. Cette victoire est très importante et nous permet de récupérer l’avantage du terrain.

Vous avez été très précieux lors de ce quatrième quart-temps au cours duquel vous avez marqué 10 points et inscrit le panier qui a permis à votre équipe de se mettre définitivement à l’abri…

J’ai démarré la rencontre en me disant que je devais être patient. Je savais que j’allais être serré de près par leur défense, donc il fallait que je reste serein, quitte à ne pas marquer beaucoup de points. En tant que meneur de jeu, mes priorités étaient de ne pas forcer de tirs et de mettre en place nos systèmes de jeu. C’est ce que j’ai fait avant le quatrième quart-temps durant lequel j’ai eu plus de positions de tirs. Je me suis senti en confiance et j’ai pris mes responsabilités. Concernant le shoot que je prends à la fin du match (voir vidéo ci-dessous), je dois avouer que c’est une action de folie. J’ai cru perdre la balle au moins trois ou quatre fois, j’ai essayé de faire ce que je pouvais car ce n’était pas ce que je voulais faire. Je vois qu’il reste deux secondes, j’essaye de prendre un tir et ça rentre. Il faut de la chance en finale NBA et ce soir elle était de notre côté.

Ce panier est encore plus compliqué à mettre car c’est LeBron James qui défend sur vous. Est-ce une chose que vous aviez prévue ?

Je savais qu’à un moment ou un autre, ça allait venir. Entre les joueurs et les médias, tout le monde en parlait. Je pensais surtout qu’il allait venir défendre sur moi plus tôt dans la rencontre et pas seulement lors des trois dernières minutes. Je m’en sors bien ce soir mais je dois continuer à être vigilant pour la suite des finales.

On vous a vu à un moment prendre la place de votre coach lors d’un temps-mort afin de donner des consignes à vos partenaires.

Je savais à peu près ce qu’il fallait que l’on fasse à ce moment-là du match. Je suis allé voir mon entraîneur pour lui demander si je pouvais prendre la parole et il m’a dit “ok”. J’ai donc expliqué les détails du plan de jeu à mes coéquipiers. Cela ne m’arrive pas souvent, mais hier, je me suis senti disposé à le faire.

Le deuxième match est prévu pour dimanche prochain. Qu’attendez-vous de cette rencontre ?

On s’attend à un autre duel musclé et à une rencontre de très haut niveau. Miami a perdu le premier match à la maison et va avoir à cœur de se rattraper dès dimanche. Il n’y a que 1 à 0, il ne faut pas s’emballer. C’est le maître mot pour nous : ne pas s’enflammer. Les Heats sont champions en titre, ils vont apprendre de leurs erreurs du premier match et réajuster leur jeu par la suite. Nous n’avons gagné qu’une bataille. Le chemin vers le titre est encore long.

Vous disputez les finales NBA pour la quatrième fois de votre carrière…

Nous avons travaillé très dur pour atteindre les finales NBA et maintenant nous ne sommes qu’à trois victoires de gagner à nouveau le titre. J’ai déjà gagné trois titres avec les Spurs, et je vais tout faire pour en gagner un quatrième. Cela faisait six ans que nous n’avions pas atteint ce niveau de la compétition et maintenant que nous y sommes, nous allons tout donner pour essayer de remporter le championnat. La concurrence est rude et il est de plus en plus dur d’atteindre les finales.

Vous avez dit il y a quelques semaines que le groupe allait tout faire pour offrir un nouveau titre à votre coéquipier, le vétéran Duncan (37 ans). Est-ce une source de motivation supplémentaire pour vous ?

Tout le monde a à cœur de tout donner pour essayer d’offrir encore au moins un titre à Tim Duncan qui se rapproche de la fin de sa carrière. C’est l’un des meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA et un coéquipier modèle, il mériterait d’ajouter un cinquième trophée à sa collection. Ce serait quelque chose d’énorme pour lui et toute l’équipe.

Ce serait également l’opportunité pour vos coéquipiers français Boris Diaw et Nando De Colo de remporter leur premier titre.

Ce serait juste magnifique d’avoir trois Français champions NBA, c’est certain. On va essayer d’écrire une belle page de l’histoire du sport français. Avec Boris, on se connaît depuis l’adolescence et c’est un ami proche. Gagner un titre et partager cette joie avec un ami, ça doit être fantastique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related