Subscribe

Trois nouvelles pièces de Le Corbusier visibles au MoMA

Trois nouvelles pièces de Le Corbusier acquises par le MoMA sont visibles depuis le 10 novembre dans le cadre de l’exposition “Building Collections: Recent Acquisitions of Architecture”. Jean-Louis Cohen, professeur de l’histoire de l’architecture à l’institut Fine Arts de l’université de New York revient sur la relation compliquée de l’architecte franco-suisse avec l’Amérique.

Quelle relation entretenait Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, avec les Etats-Unis?

Le Corbusier était fasciné par les Etats-Unis et il en parlait beaucoup comme d’un pays modèle. A La-Chaux-de-Fonds en Suisse, ville dont il était originaire comme Louis Chevrolet, il y avait au début du XXe siècle un tropisme vers l’Amérique. Le Corbusier avait d’ailleurs un projet urbain, une idée de ville des affaires inspirée des Etats-Unis. Il attendait son premier voyage en 1935 avec beaucoup d’impatience. Mais il fut très déçu, car, à son retour, il n’a pas eu les commandes attendues.

Quelle a été son influence dans la construction du Palais des Nations unies à New York?

De 1946 à 1947, il était un des dix architectes appartenant au groupe de travail chargé de réaliser les plans de construction du Palais des Nations unies à New York. Le projet final est d’ailleurs basé sur s’inspire largement mais pas entièrement de ses propositions et de celles d’Oscar Niemayer, qu’il considérait comme son disciple. Mais la version des plans livrée par Wallas Harrisson, l’architecte en chef, était plus rigide. Cette expérience accentuera son antiaméricanisme déjà vigoureux.  C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles une exposition sur lui au MoMA a échoué dans les années 1950.

Il est tout de même à l’origine du Carpenter Center à Harvard?

C’est le dernier épisode de son aventure américaine. Le Carpenter Center de l’université d’Harvard est une commande obtenue grâce à son ami, un professeur espagnol José Luis Sert. Ce dernier a obtenu que Le Corbusier réalise l’école d’art de l’université qu’il a terminé en 1962, dans une certaine mesure trop tard dans sa carrière puisqu’il avait déjà 75 ans. Dans sa relation avec les Etats-Unis, il est ainsi passé du désir à l’ambition, puis de l’attente à la frustration.

Considéré  comme une référence en matière d’architecture déjà de son vivant, pourquoi Le Corbusier n’a pas bénéficié de ce même statut aux Etats-Unis ?

Après la Seconde Guerre mondiale, il y avait une hégémonie américaine. Les Etats-Unis souffraient d’un complexe égocentrique et considéraient qu’ils n’avaient rien à apprendre des autres. Très peu d’architectes étrangers construisaient donc ici. Ils ont commencé à venir dans les années 1960 et depuis les années 1990, il y en a de plus en plus. Aujourd’hui, Le Corbusier est très populaire : il est une source fondamentale dans l’enseignement de l’architecture dans les école, les musées collectionnent ses croquis ou ses maquette et  il existe un grand marché pour ses meubles et leurs copies.

Vous avez écrit plusieurs livres sur lui et êtes considéré comme une spécialiste de l’oeuvre corbuséenne, avez-vous d’autres projets le concernant ?

En principe, je devrais réaliser une grande exposition au MoMA en 2015 sur Le Corbusier . Elle s’axera sur la notion de paysage dans son œuvre.

Infos pratiques

L’exposition “Building Collections: Recent Acquisitions of Architecture” dure jusqu’au 30 mai 2011 au MoMA de New York.

http://www.moma.org/visit/calendar/exhibitions/1114

http://www.nyu.edu/gsas/dept/fineart/faculty/cohen.htm

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Le Corbusier exposé pour la première fois au MoMALe Corbusier exposé pour la première fois au MoMA Jusqu'au 23 septembre, le MoMA consacre une rétrospective unique dédiée au maître de l'architecture française, Le Corbusier. Maquettes, dessins, écrits. La nouvelle exposition du musée […] Posted in Culture
  • Les fans de VaubanLes fans de Vauban « Je n’attends qu’un peu d’encens de la postérité. » C’est Vauban qui parle, dans une lettre à Louvois, son ministre. En cette année 2007, tricentenaire de sa mort, le fumet […] Posted in Culture