Subscribe

Tsonga attend la lumière

La nuit est venue interrompre la rencontre des huitièmes de finale entre Jo-Wifried Tsonga et Stanislas Wawrinka. Roger Federer et Novak Djokovic sont passés aujourd’hui, mais ils ont souffert.  Azarenka a été sortie.

Les joueurs Français s’en sont presque fait une habitude, une sorte de marque fabrique dans cette édition du tournoi de Roland Garros. C’est à celui qui retiendra la nuit. Après Arnaud Clément, Virgine Razzano et Paul-Henri Mathieu, c’est au tour de Jo-Wilfried Tsonga d’avoir repoussé les limites. Sur le court Philippe-Chatrier, le tricolore en était à deux sets partout 6-4, 7-6 (6) 3-6-, 3-6 avec le Suisse Stanislas Wawrinka quand la partie a été interrompue.

Le Manceau menait alors 4-2 dans le cinquième, lorsque Stefan Fransson, le juge-arbitre des Internationaux de France est entré sur le court pour signifier qu’en raison de la nuit tombante, la rencontre ne pourrait aller à son terme. Il était alors 21h37. Et les deux hommes étaient sur le court depuis 3h45. La partie reprendra demain en deuxième match.

Quelques minutes plus tôt, sur le Suzanne-Lenglen, il en avait été décidé de même. dans le match des titans La partie avait été interrompue alors que Juan Martin del Potro menait deux manches à une devant Tomas Berdych 7-6 (6), 1-6, 6-3 après 2h38.

Tremblement de terre

Novak Djokovic et Roger Federer ont eux été sérieusement secoués aujourd’hui. Le Serbe a été mené deux sets à rien par Andreas Seppi, 25e mondial. Djokovic a finalement battu l’Italien 4-6, 6-7, 6-3, 7-5, 6-3, après avoir remonté un déficit de deux sets à zéro pour la troisième fois de sa carrière. “J’aimerais oublier cette rencontre. C’était l’un de ces jours où rien ne marche. Je me suis arraché pour gagner. C’est l’unique point positif de cette journée”, a commenté le Serbe, très réticent à en dire plus.

Sur le Suzane-Lenglen, Federer a été malmené par la révélation du tournoi, le Belge David Goffin, 109e mondial qui a mené un set à rien face au suisse. Mais le maître a continuer à dompter l’élève 5-7, 7-5, 6-2, 6-4. “En ce moment je prends tout ce qui peut me donner confiance, vraiment tout”, a-t-il déclaré lorsqu’on l’a interrogé sur le fait d’avoir porté à 32 sa série record de participations consécutives à un quart de finale en Grand Chelem. La sensation du jour est à mettre à l’actif du tableau féminin où  Azarenka, N.1 mondiale et reine du début de saison a été sortie par la Slovaque Dominika Cibulkova (6-2, 7-6), exemple de ténacité et déjà demi-finaliste à Paris en 2009.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related