Subscribe

TV5 Monde se penche sur le phénomène Obama

À l’occasion du premier anniversaire de l’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis, le journaliste Patrick Simonin reçoit pendant une semaine des observateurs de la politique américaine dans le cadre de son émission « L’invité », enregistrée à Washington.

Patrick Simonin, quel est le but de cette série d’émissions spéciales aux États-Unis ?

Nous voulions avoir des regards croisés sur la première année de Barack Obama à la présidence des États-Unis. Nous avons sélectionné des professeurs, des experts, des personnes engagées dans la vie politique américaine pour leur demander leur sentiment sur l’action de Barack Obama. Nous avons opté pour des personnes s’exprimant en français, car TV5 Monde est la chaîne de la francophonie.

Parmi vos invités, on retrouve Kenneth Weinstein, un expert conservateur au regard critique sur la politique de Barack Obama. Que vous a-t-il dit ?

Il ne nie pas avoir éprouvé de l’émotion lors de l’élection de Barack Obama, mais il estime que la politique de Barack Obama est avant tout rhétorique et qu’elle manque d’application concrète.

Quels sont les grands thèmes de votre série d’entretiens ?

L’idée était de déterminer à quel point Barack Obama, président qui change le visage de l’Amérique à l’étranger, transforme la politique étrangère américaine par rapport à celle de George Bush. Nous voulions voir comment Barack Obama a refermé le dossier irakien laissé en souffrance par son prédécesseur. L’une des grosses questions est l’Afghanistan, car la réponse de la Maison Blanche aura des répercussions importantes y compris en France. Nous voulions aussi parler de la manière avec laquelle le président américain a pu faire face à la crise financière, mais aussi de sa politique sociale et de sa réforme du système de santé. On se rend compte qu’il est encore un peu tôt pour faire le bilan au bout d’un an, car ce président pense avoir du temps et aime s’en donner avant de prendre des décisions.

Vous avez aussi rencontré Pierre Vimont. Que ressort-il de cet entretien ?

Nous avons évoqué l’état des relations entre la France et les États-Unis, et sur un plan personnel, celles entre Barack Obama et Nicolas Sarkozy. L’ambassadeur explique que les relations entre le président de la République et George Bush étaient plus familières. Avec Barack Obama, elles sont plus sérieuses. Ils se parlent régulièrement au téléphone, mais cela se fait dans un cadre plus organisé. C’est sans doute lié aussi à la personnalité de Barack Obama qui est quelqu’un de très appliqué sur les dossiers. Même si c’est un autre type de relation qu’avec George Bush, Pierre Vimont explique qu’il s’agit de bonnes relations.

Qu’avez-vous appris sur Barack Obama en interviewant vos intervenants ?

En France, nous avons une vision éblouie d’Obama. Barack Obama est quelqu’un de sérieux qui s’inscrit dans la continuité de ce qui a été fait avant lui. Il en ressort l’image d’un homme normal avec ses qualités et ses défauts, ce qui le rend encore plus attachant. Il est face à des défis gigantesques. Et on comprend à travers ces entretiens qu’il lui faut du temps.

Infos pratiques

Diffusion tous les jours de la semaine à 12 h 20, heure de New York, sur TV5 Monde. Plus d’infos www.tv5.org

2 novembre : Robert Malley, conseiller à la Maison Blanche

3 novembre : Pierre Vimont, ambassadeur de France aux États-Unis

4 novembre : Kenneth R. Weinstein, vice-président et directeur général de l’Hudson Institute, ancien conseiller du candidat républicain John McCain

5 novembre : Justin Vaïsse, historien spécialiste des États-Unis et chercheur à la Brookings Institution de Washington

6 novembre : Allison Johnson, analyste politique issue de la communauté noire américaine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related