Subscribe

Ultime voyage pour les navettes spatiales américaines

Le directeur du lancement de la Nasa, Mike Leinbach, a donné son feu vert vendredi pour procéder au lancement d’Atlantis, ultime vol d’une navette spatiale américaine, après avoir consulté tous les responsables de l’équipe de tir.

Atlantis a été lancée vendredi de Floride, avec quatre astronautes à bord dont une femme, vers la Station spatiale internationale (ISS).

La Nasa a redouté jusqu’à la dernière minute que le temps couvert n’empêche de procéder au lancement d’Atlantis, mais a finalement décidé de donner son feu vert.

Trente ans après le lancement de Columbia, première navette à voler en avril 1981, une foule de curieux, qui pourrait atteindre un million de personnes selon la Nasa, se pressait vendredi matin aux alentours du Centre Kennedy, en Floride, pour assister au dernier envol de l’oiseau blanc.

“Ce matin, c’est le début de la fin de l’ère de la navette spatiale”, a dit Allard Beutel, le porte-parole du centre spatial, envahi par environ 2.000 journalistes, trois fois plus que d’habitude.

Aucun problème technique n’était signalé. Le remplissage du réservoir externe de la navette avec près de deux millions de litres d’hydrogène et d’oxygène liquide s’est achevé sans incident.

L’équipage, composé de trois hommes et une femme, a commencé à embarquer dans l’orbiteur vers 9heures. Il devait ensuite tester l’étanchéité de la cabine et les communications avec le centre de Houston, qui prend le contrôle de la mission dès le lancement.

Une dizaine de minutes avant le décollage, le directeur du lancement, Mike Leinbach, devait consulter les responsables de la mission pour évaluer une dernière fois les paramètres techniques et la météo pour donner ou non le feu vert.

Le lancement d’Atlantis vers la Station spatiale internationale (ISS) pour une mission de douze jours est destiné à livrer 3,7 tonnes de vivres, équipements et pièces de rechange permettant de satisfaire les besoins de l’avant-poste orbital et de son équipage de six astronautes pendant un an.

Il s’agit de la 34e mission d’une navette vers l’ISS, dont la construction commencée en 1998 a été achevée l’an dernier.

L’envoi au musée des trois navettes restantes deux ont été détruites dans des catastrophes, Challenger en 1986 et Columbia en 2003, faisant 14 morts au total laissera les Etats-Unis sans moyen de transport pour ses astronautes.

Ils dépendront des Soyouz russes jusqu’à ce qu’un nouveau vaisseau spatial américain soit prêt à prendre la relève et ce pas avant 2015. Plusieurs sociétés privées sont en lice pour offrir un moyen de transport d’astronautes et de fret à l’ISS, dont Boeing et SpaceX.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related