Subscribe

Un an pour récolter 200 000 dollars

Aube Paquet-Lamothe est acceptée à la prestigieuse School of Art de Chicago. Problème : cette Canadienne n’a pas les moyens de régler les très importants frais de scolarisation.

“Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années”, disait Corneille. La détermination non plus, serait-on tenté d’ajouter. Aube Paquet-Lamothe, 18 ans, a impressionné les professeurs de la très prestigieuse école de photographie de Chicago (School of Art) par le portfolio qu’elle leur a envoyé. Ils ont décidé de lui attribuer une bourse au mérite de 44 000 dollars.

Malheureusement, ce n’est pas suffisant. ”La première année coûte 53 000 dollars et il faut compter 30 000 dollars pour les trois suivantes, plus les frais de la chambre sur le campus à 12 000 dollars l’année et les autres frais annexes comme le papier et l’encre pour les photos…” Aube Paquet-Lamothe a donc sorti la calculatrice : il lui manque 200 000 dollars !  L’histoire pourrait s’achever là, mais la jeune femme remue ciel et terre pour obtenir cette somme d’ici l’automne 2012.

“Je tente de trouver un mécène”

Canadienne, Aube Paquet-Lamothe a étudié la physiothérapie au College Black Hawk, dans l’Illinois, où elle faisait partie de l’équipe féminine de volley. Elle en a gardé le goût pour les défis. Pour intégrer la School of Art de Chicago, elle multiplie les lettres aux fondations, ainsi qu’aux grands noms canadiens qui ont percé à l’étranger comme Céline Dion ou René Angeli. ”Je tente de trouver un mécène”, explique t-elle. Elle tâche aussi d’interpeller le grand public : ”La somme est importante, mais si 100 000 personnes me donnent un petit dollar, je pourrai réaliser mon rêve… ”, espère-t-elle.

La jeune femme semble avoir un avenir prometteur : avant d’avoir été repérée par cette école, son travail avait été exposé au Museum de Fort Lauderdale en Floride. Mais pour gagner de l’argent l’année prochaine, elle va devoir revenir vivre au Canada. ”Je ne suis pas Américaine et n’ai pas la Green Card. Aussi, je ne peux pas recevoir d’aides du gouvernement américain, ni travailler aux Etats-Unis.”

Bien que la School of Art de Chicago soit l’école de ses rêves, l’étudiante voit déjà plus loin : ‘c’est une porte d’entrée vers mon avenir”. Un avenir qu’elle voit aux côtés de ”ceux qui ne peuvent pas se faire entendre”, auxquels elle veut redonner de la voix par l’image.

Contacter Aube Paquet-Lamothe :

Bee1015@hotmail.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related