Subscribe

Un discours sur l’état de l’Union d’Obama sous le signe de l’emploi

Barack Obama va argumenter mardi soir en faveur de mesures de relance face à un Congrès en partie sceptique, en présentant les priorités de son second mandat lors du discours sur l’état de l’Union.

Le président des Etats-Unis, pendant près d’une heure, va s’adresser aux parlementaires et aux corps constitués pour ce point d’orgue annuel de la démocratie américaine, le quatrième exercice du genre pour lui depuis 2009. Après une campagne électorale victorieuse consacrée à la défense de la classe moyenne, M. Obama devrait à nouveau appeler à accroître la pression fiscale sur les ménages les plus aisés, tout en investissant dans les infrastructures, la formation et les énergies dites “vertes”. Autant d’arguments qui vont se heurter à l’hostilité de ses adversaires républicains, en position de force au Congrès et partisans d’une maîtrise des déficits sans hausse d’impôts ni augmentation des dépenses publiques.

Ce discours intervient alors que les Etats-Unis traversent actuellement un énième trou d’air économique: le produit intérieur brut s’est contracté de 0,1% au dernier trimestre 2012, tandis que le chômage a augmenté à 7,9% en janvier, soit toujours trois points de plus qu’avant la récession de 2007-2009. Le président devrait “vendre” une réforme du système d’immigration comme un impératif économique. Certains républicains semblent être plus favorables à une telle remise à plat depuis l’élection de novembre où ils ont été boudés par les électeurs issus des minorités.

M. Obama défendra aussi un contrôle renforcé de la circulation des armes à feu dans la foulée du massacre d’écoliers à Newtown en décembre. Plusieurs élus démocrates ont invité des familles de victimes de telles violences à assister au discours. Mais ce sujet controversé n’est que l’un de ceux sur lesquels l’exécutif démocrate et les parlementaires républicains s’oppposent frontalement, avec de nouvelles échéances budgétaires – des coupes drastiques doivent entrer en vigueur début mars, sauf accord de dernière minute – ou la sécurité nationale.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related