Subscribe

Un élu américain trouve l’élection de François Hollande “déroutante”

L’influent sénateur américain Lindsey Graham a qualifié mardi de “déroutante” l’élection à la présidence française du socialiste François Hollande.

“Si le résultat de l’élection française est que les Français vont se retirer d’Afghanistan d’ici à la fin de l’année, c’est déroutant car nous sommes en bonne voie de résoudre (les problèmes) en Afghanistan”, a dit le sénateur républicain au Capitole. “Si le résultat de l’élection française est qu’il n’est pas nécessaire de réformer les programmes sociaux, alors bonne chance à l’Europe! Parce que l’euro va échouer”, a-t-il également lancé.

“Si le résultat de l’élection française est que le seul problème de l’économie française est que (ses responsables) ne taxent pas assez et ne dépensent pas assez, alors bonne chance!”, a encore martelé le sénateur conservateur. M. Graham a ajouté que “l’Allemagne et d’autres pays européens ne vont pas subventionner l’euro avec ce genre d’attitudes”.

De son côté, le sénateur républicain John McCain – un proche de M. Graham – a fait un commentaire plus nuancé. “Nous respectons les opinions et le verdict des Français”, a-t-il dit, en soulignant que “beaucoup d’électeurs” n’étaient pas satisfaits des “politiques” et de la “façon de gouverner” du président Nicolas Sarkozy. “Je suis inquiet au sujet de nos relations (sur le plan) militaire”, a toutefois reconnu John McCain, adversaire malheureux de Barack Obama à la présidentielle de 2008. “Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les Français et nous voulons réaffirmer cela”.

Interrogé sur le retrait des troupes françaises d’Afghanistan que François Hollande souhaite effectuer d’ici à la fin de l’année, M. McCain a souligné: “il (François Hollande) a dit cela pendant la campagne, ce n’est pas une surprise. Mais c’est regrettable”. Un autre républicain, le sénateur John Boozman, co-président du “French caucus” (le groupe des parlementaires francophiles du Congrès), a indiqué avec prudence: “Nous observons comment tout cela évolue. Mais nous avons hâte de poursuivre notre dialogue” avec la France.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related