Subscribe

Un journaliste français dans les pas d’Obama

Depuis fin 2009, Tangi Quéméner est le correspondant de l’AFP à la Maison Blanche. Seul reporter non anglophone à suivre au quotidien Barack Obama, il vient de publier Dans les pas d’Obama, un portrait du président des Etats-Unis et de son style d’exercice du pouvoir.

Rennes, Paris, Chypre, Los Angeles et enfin Washington. Tangi Quéméner est entré à l’AFP en 1999 et y a jusqu’ici fait toute sa carrière. Diplômé de Sciences Po et du Centre de formation des journalistes, son premier voyage aux Etats-Unis remonte à ses 19 ans. “C’était pour un job d’été dans le parc de Yellowstone, dans le Wyoming. Je nettoyais les assiettes”, explique-t-il.
Depuis ce voyage, l’envie de revenir ne l’a plus quitté. En 2005, il pose ses valises à Los Angeles pour couvrir l’actualité de la côte Ouest. Du journalisme tout terrain. “L’actualité des procès, le people, les Oscars, les catastrophe naturelles,… j’ai fait un peu tout ça.”

Le “sausage-making” du camp Obama

En 2009, il candidate pour le poste de correspondant de la Maison Blanche. “Un poste convoité au sein de l’AFP”, déclare-t-il “Je ne pensais pas l’obtenir du premier coup. Ma chance a sans doute été de goûter à la campagne électorale en 2008, avec la couverture des conventions”. Depuis fin 2009, il partage donc un bureau avec une douzaine d’autres journalistes membres du “pool” à la Maison Blanche. Un poste avancé qui lui a permis d’observer le président américain au plus près, même si les contacts directs sont finalement assez réduits. “Deux à trois questions par an” et autant de poignées de mains.

De ces trois années à suivre le président américain, il retient une communication verrouillée. “Barack Obama n’aime pas les questions à l’improviste. Il choisit qui et quand un journaliste posera les questions. Quand je suis arrivé à la Maison Blanche, j’avais l’image de quelqu’un de chaleureux, très l’aise à l’oral avec un vrai sens de la répartie. Mais quand on observe ça de près, on se rend compte que rien n’est spontané. Tout est écrit à l’avance.”

Le jeu et les contraintes de la présidence moderne forcent à cet exercice de mise en scène et de répétition, selon Tangi Quéméner. “C’est quand on s’en approche que l’on voit le “sausage-making”, comme disent les médias américains. On voit comment sont faites les saucisses et du coup c’est moins appétissant.”

Dans les pas d’Obama revient également sur le bilan économique et politique contrasté du premier mandat d’un président “qui a beaucoup promis et s’est condamné à beaucoup décevoir”. Le journaliste illustre, aux moyens d’anecdotes du quotidien mais aussi d’analyses plus distancées, la façon dont Barack Obama s’est heurté à la réalité du pouvoir.

Exclusif

France-amérique vous propose un extrait de l’ouvrage de Tangi Quemener, Dans les pas d’Obama :

“Pour certains de mes collègues, Obama et son équipe expriment ouvertement leur mépris du “quatrième pouvoir”, estimant avoir établi une relation spéciale et directe avec les Américains après la triomphale campagne de 2008. Cette relation passe en particulier par les réseaux sociaux sur Internet, dont la Maison Blanche fait usage sans modération. Obama participe ainsi à des “réunions publiques virtuelles” via les services vedettes de l’Internet participatif : Twitter, Facebook, LinkedIn se sont prêtés à ces opérations lors desquelles les internautes posent des questions qui, après avoir été modérées, sont soumises à Obama. Le 30 janvier 2012, la Maison Blanche franchit une nouvelle étape en qualifiant d’”interview” ces interventions sur Google+ et YouTube alors qu’aucun journaliste n’est impliqué dans le processus. De là à soupçonner l’équipe Obama de trier les questions et de retirer celles qui pourraient mettre le président en difficulté, il n’y a qu’un pas, que Jay Carney (porte-parole de la Maison Blanche, ndlr) réfute le même jour dans son point de presse. “Je sais que nous ne sélectionnons pas les questions. Si nous pouvions le faire, nous le ferions !”, plaisante-t-il.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related