Subscribe

Un lycée de Napa Valley mise sur le français

À un moment critique pour l’enseignement public en Californie, qui subit la crise de plein fouet, le lycée public de la petite ville de St. Helena choisit d’investir dans le français. Une décision francophile mais aussi pragmatique, dans un contexte où le français peut aussi être une langue d’affaires.

Au cœur de la Napa Valley, célèbre pour ses vignobles, souffle un petit vent de francophilie. Le maire de cette petite ville de 6 000 habitants, Del Britton, marié à une Française, n’a de cesse de mettre en avant l’enseignement du français et les échanges culturels avec l’Hexagone. Mercredi dernier, le lycée public de St. Helena a fait un pas supplémentaire dans cette direction, en décidant que les épreuves en langue étrangère que ses élèves présenteront au prestigieux Baccalauréat international se feraient en français.

Célébrant par la même occasion l’entrée des 16 meilleurs élèves en français du lycée au sein de la Société honoraire de français, le consul général de San Francisco, Pierre-François Mourier, et le maire de St. Helena ont tenu à saluer ce choix à la fois philosophique et pragmatique. Un article du San Francisco Chronicle rappelait dernièrement que les entreprises françaises étaient responsables de la création de 63 000 emplois dans la région de San Francisco. Parlé par 200 millions de personnes dans 55 pays, le français peut donc aussi être considéré comme une langue d’affaires notamment en ce qui concerne le Québec voisin qui constitue un partenaire économique important des États-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related